×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Compensation
    Quelles pistes pour la réforme?

    Par L'Economiste | Edition N°:2672 Le 13/12/2007 | Partager

    . Une commission planche sur les scenarii possibles. Des transitions et des exceptions sont prévues La réforme du système de compensation est-elle enfin inscrite à l’ordre du jour du gouvernement? Apparemment, les grands axes de la concertation intersectorielle en cours actuellement ne tarderont pas à être dévoilés au grand public dès la fin du premier trimestre de 2008. «Au plus tard en avril prochain, un débat national sera organisé autour de la question», indique Hassan Bouselmane, chargé de mission auprès des Affaires économiques et générales et responsable de la Direction des prix et de la concurrence relevant du même département. La réflexion aurait franchi d’importantes étapes. Et une commission interministérielle planche d’ores et déjà sur le dossier. C’est que le système concerne différents secteurs liés à des activités économiques aux particularités aussi multiples que diversifiées. D’où la difficulté de dégager une vision globale. La cherté du fuel impacte directement la production de l’électricité et partant la compétitivité de pans entiers du secteur industriel. Certes, mais il n’en demeure pas moins que ce type de carburant est aussi utilisé dans des chaudières à usage domestique. Le même constat peut être fait du gasoil qui conditionne le coût du transport dont le renchérissement déclenche la spirale des hausses de tous les produits. N’empêche que les grosses cylindrées de luxe en profitent le plus. Et qui consomme le plus de gaz et de sucre? N’est-ce pas les ménages aisés et autres industries de confiserie et de boissons gazeuses? Alors que la farine nationale de blé tendre n’est jamais disponible au prix fixé. Si bien donc que le système de compensation n’est en aucune manière en adéquation avec son principe de base: Le ciblage des populations et des activités bénéficiaires. Au contraire, il a produit des effets pervers en anticipant la déstabilisation de systèmes de production de certaine filière comme la céréaliculture. Quelles pistes faut-il alors explorer pour redresser la barre ? Peu d’indications filtrent à ce sujet. La réflexion s’oriente dans le sens d’un meilleur ciblage des bénéficiaires. Et au besoin, assurer le versement direct aux ayants droit.C’est dans cette optique que des exemples réussis de par le monde font l’objet d’étude. Et en particulier les expériences brésilienne et malaisienne. Histoire d’arrêter l’hémorragie qui saigne le budget d’investissement. Mais des périodes de transitions et des exceptions sont aussi prévues dans le cadre de contrats-programmes en gestation. C’est le cas du sucre.


    Au détriment de l’investissement

    «Les dépenses de compensation continuent de peser sur le budget de l’Etat et demeurent très sensibles aux chocs exogènes», relève le rapport économique et financier accompagnant le projet de loi de Finances 2008. Qu’on en juge par les chiffres ! Après avoir fluctué autour de 3 milliards de DH à la fin des années 1990, ces dépenses se sont progressivement alourdies sous l’effet des augmentations successives des hydrocarbures. Elles sont alors passées de 7,3 milliards de DH en 2001 à 11,3 milliards en 2005. Et le phénomène a encore pris de l’ampleur en 2006: 12,2 milliards de DH, soit plus de la moitié du budget alloué à l’investissement. A l’origine, l’envolée des prix du pétrole, du gaz butane mais aussi du sucre brut d’importation. En 2007, la charge de compensation s’est établie à 13,9 milliards de DH, en hausse de 22% par rapport à 2006, soit 5,6 milliards de plus que les prévisions de la loi de Finances. A. G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc