×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

BMCE Capital lance une structure de capital investissement

Par L'Economiste | Edition N°:800 Le 30/06/2000 | Partager

. Le projet a été créé en partenariat avec le Français Siparex . Plus de cinquante dossiers sont déjà à l'étude BMCE Capital vient de lancer une structure de capital investissement «CapitalInvest en partenariat avec Siparex, l'un des leaders dans le domaine en France. Cette entité s'occupe de la gestion de fonds d'investissement dédiés aux prises de participations dans des entreprises de taille moyenne non cotées.CapitalInvest a lancé dernièrement son premier fonds d'investissement, «Capital Morocco«. D'une taille cible de 250 à 300 millions de DH, le premier closing de ce fonds a réuni dans son tour de table, pour un montant global de 200 millions de DH, des investissements nationaux (BMCE Bank, RMA, Al Wataniya, CIMR), européens (Proparco, BEI) et du Moyen-Orient (Somed, Dar Al Mal). Un second closing devant être réalisé à la fin de l'an 2000 (ou au début de l'an 2001) pour atteindre la taille cible. «De nombreux contacts ont été établis dans ce sens avec des souscripteurs internationaux«, soulignent les responsables du fonds.Celui-ci intervient déjà dans des opérations de capital développement (entreprises en croissance externe ou interne ayant besoin d'un renforcement de leurs fonds propres) ou de capital transmission (reclassement de l'actionnariat, reprise d'entreprises, opérations de succession). «notre champ d'intervention va s'étendre aussi au capital risque«, ajoute M. Tahiri. Les critères de sélection regroupent la qualité du dirigeant, la transparence, un historique de la rentabilité de la société... «Le critère sectoriel n'est pas un critère d'investissement, cependant certains secteurs volatiles ou sans valeur ajoutée comme le négoce, l'immobilier... sont exclus du champ d'investissement«, explique M. Tahiri.Le ticket d'investissement peut varier de 5 à plus de 20 millions de DH. Sont éligibles à ce mode de financement, les sociétés dont le chiffre d'affaires est compris entre 20 et 30 millions de DH.La société de gestion du fonds a finalisé courant avril 2000 la première prise de participation du fonds, à hauteur de 10 millions de DH dans le capital de la société Dépôt 45 (enseigne Unitex).Un second investissement de 8 millions de DH est en phase d'étude approfondie par CapitalInvest. Il s'agit de la création d'une société opérant dans l'industrie agroalimentaire. D'autres dossiers d'investissement dans des secteurs variés aussi bien en industrie (agroalimentaire, chimie...) que dans des services (réseau de distribution spécialisés, services liés aux entreprises) sont en cours d'étude par l'équipe de gestion. F. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc