×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 192.132 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 240.532 articles (chiffres relevés le 3/6 sur google analytics)
Economie

Bâtiment: Un robot local pour aider l'expertise

Par L'Economiste | Edition N°:424 Le 18/01/1999 | Partager

Il y a un an, l'Association Recherche & Développement (R&D) avait lancé un avis d'appel d'offres pour subventionner des projets novateurs. Les projets commencent à voir le jour. Le laboratoire NBR Centre figure sur la liste.


Imaginez un bâtiment qui s'écroule à la moindre secousse. Pire, un immeuble qui s'effondre en plein chantier comme ce fut le cas à Marrakech en 1987. La cause peut être la défaillance des matériaux de construction ou d'une interprétation erronée lors de l'expertise ou des tests. Pour éviter de tels désastres, l'avis d'un laboratoire d'expertise est primordial. Celui-ci suit l'évolution des constructions et la fiabilité des matériaux utilisés. Cette fiabilité passe surtout par la qualité de l'appareillage utilisé.
Parmi les huit laboratoires de BTP (bâtiment et travaux publics) existant au Maroc, un des centres (NBR Centre) a décidé de se prendre en main. Moyens utilisés, en plus du matériel conventionnel, des appareils de pointe élaborés en collaboration avec les chercheurs de la Faculté des Sciences Ben M'sik de Casablanca.
"Nous devions adapter le matériel au quotidien, essentiellement à des situations particulières", souligne M. Abdelhamid Refass, directeur du laboratoire. Cette adaptation a été effectuée par les ingénieurs du laboratoire. Mais M. Refass a décidé de passer à la vitesse supérieure en faisant appel aux chercheurs et notamment à M. Ahmed Fahli, professeur à l'Université Hassan II. Leur collaboration a abouti à la réalisation de petits procédés, notamment des systèmes d'exploitation informatiques. Et ce n'est que depuis l'an dernier qu'ils ont démarré l'élaboration du projet qui allait être reconnu et subventionné par l'Association R&D.

Le coût global du projet est de 160.000 DH. La participation financière du laboratoire s'élève à près de 50.000 DH, le reste a été supporté par l'Association R&D. Trois chercheurs ont travaillé sur ce projet depuis plus de 12 mois, deux enseignants et un étudiant chercheur. Ce dernier sera, une fois le projet terminé, embauché à plein temps par le laboratoire et assurera la maintenance et le suivi de l'activité du robot.
Le contrôle du béton revêt une importance capitale dans la réception des travaux de gros oeuvres des bâtiments, explique M. Refass. "Il est important d'avoir la certitude que les valeurs de résistance mesurées sur éprouvette ne sont pas entachées d'erreurs", ajoute-t-il. Pour ces mesures, il est indispensable de "surfacer" les faces de chaque cylindre (échantillon de 16 centimètres de diamètre et de 32 centimètres de hauteur) afin de les rendre strictement parallèles. En effet, tout défaut de parallélisme amènera, lors de l'écrasement de l'échantillon de béton sous presse, à des erreurs d'appréciation. Cette seule opération, indique le directeur du laboratoire, représente 30% du chiffre d'affaires du centre.
A partir de ces données, l'idée a consisté en la conception d'un robot géré d'une manière autonome et équipé d'un bras pour réaliser toute l'opération.
Jusqu'à présent, il fallait mettre le soufre sur les deux faces pour obtenir le parallélisme souhaité, ce qui nécessite en moyenne l'effort d'un homme et demi par jour. Une fois opérationnel, le robot pourrait façonner plus de 140 unités par jour.


Carte de visite


NBR Centre est un laboratoire de bâtiment et de travaux publics qui intervient essentiellement dans les études des sols, les études et contrôle des matériaux de construction et les diagnostics et pathologies des bâtisses.
Constitué en SARL, ce centre a été créé en 1993. Le chiffre d'affaires pour 1998 est estimé à 8 millions de DH. Le laboratoire emploie 35 personnes dont 7 ingénieurs et un cadre administratif financier. NBR Centre dispose d'une succursale à Fès.o

Abdelaziz MEFTAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc