×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 192.132 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 240.532 articles (chiffres relevés le 3/6 sur google analytics)
Affaires

Azemmour: Des projets morts remis sur le tapis

Par L'Economiste | Edition N°:1678 Le 07/01/2004 | Partager

. L'actuel bureau dresse le bilan de ses 100 jours à la tête de la Commune. Le dossier du complexe culturel dépoussiéré après 6 ans d'attenteDocuments urbanistiques, tapis, livres… tout a été dilapidé la veille de la passation des pouvoirs. L'ex-président Semlali, n'assumant pas la perte de son siège, avait laissé ses locaux dans un état délabré. De plus, la Commune était déficitaire de 4,3 millions de DH. Aujourd'hui, l'actuel bureau vient de boucler ses 100 jours à la tête de la commune d'Azemmour. “Il fallait prendre des mesures coercitives et offensives pour redresser la barre”, explique Abdelkader Belabbès, président du Conseil municipal. La mise à niveau de l'appareil administratif était confrontée à un manque cruel de fonds. Les créanciers s'impatientaient au portillon pour percevoir des arriérés de plus d'un an. “Nous avons pu nous affranchir de 890.000DH de dettes”, indique Bouchaïb Khiati, premier vice-président. Après vérification des pièces justificatives, les redevances pour le carburant, les pièces de rechange, les fournitures de bureau ainsi que l'entretien et la maintenance effectués par la RADEEJ ont été réglés. Mais novembre dernier aura été sans doute le mois le plus critique pour l'actuel Conseil municipal. “Nos fonctionnaires ont failli ne pas percevoir leurs salaires à la fin du mois”, intervient Abdelkader Belabbès. Heureusement que la dotation TVA a été débloquée pour payer in extremis les salaires. Afin d'optimiser les ressources financières, la Commune a procédé au recouvrement des taxes municipales. Les recettes au service de l'urbanisme par exemple ont augmenté de l'ordre de 240%, explique un vice-président. Le recouvrement des recettes quotidiennes a aussi augmenté, apurés des marchands ambulants et du côté du marché de gros des légumes. Mais le grand défi pour l'actuel bureau de la commune d'Azemmour est de raviver les projets morts. Le dossier du complexe culturel est remis sur le tapis après 6 ans de stagnation. Le Conseil de la région vient de débloquer 680.000 DH pour ce projet. D'autres grands projets sont en attente, comme le complexe sportif, la polyclinique ou encore le déplacement du souk hebdomadaire pour l'aménagement d'une petite zone industrielle.


Redéploiement des fonctionnaires

L'une des priorités de l'actuel bureau de la commune est de restructurer les différents services administratifs. “La municipalité était empêtrée dans des procédures bureaucratiques déroutantes”, explique Mustapha Baidouri, vice-président. Pour cela, il fallait délimiter les responsabilités et procéder à des redéploiements des fonctionnaires selon les besoins des différents services. Les citoyens ont maintenant facilement accès aux services les plus sollicités: urbanisme, culturel et social, service du livret de famille ou encore service de légalisation, fait savoir le président. Concernant l'assainissement, il fallait rénover les véhicules de ramassage et renforcer le nombre d'ouvriers. Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc