×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Assuraces
Des pistes pour faire face aux «risques émergents»

Par L'Economiste | Edition N°:2635 Le 22/10/2007 | Partager

. Opportunités: Takafoul et micro-assurance. Marrakech a abrité la 20e conférence de la FAIR IL n’y a pas de définition stricte des risques émergents pour la simple raison que ces périls sont plutôt peu ou pas connus. Les intervenants à la session consacrée aux « risques émergents «de la 20e conférence du FAIR (Fédération afroasiatique des assureurs et réassureurs) reconnaissent ainsi que le paysage du risque reste assez confus, d’autant plus qu’un péril qui n’est plus émergent, peut le redevenir. «C’est le cas de la tuberculose», rappelle Ahmed Zinoun, administrateur délégué de la SCR. Entre risques émergents, ceux liés aux raisons climatiques, ceux qui concernent le développement des sciences et de l’énergie, le terrorisme, l’industrie des assurances et de réassurances n’a plus le choix que «de mettre un dispositif d’évaluation basée sur un large réseau d’information et de manière à être plus prospective», est-il ajouté. «L’idée avant tout est de les prendre en considération suffisamment à l’avance pour ne pas avoir à les affronter sans moyens.» C’est une des recommandations de la 20e conférence du FAIR qui s’est tenu du 17 au 20 octobre dernier à Marrakech. «Nous pourrons aller vers la création d’une structure afro-asiatique à l’instar du Centre africain des risques catastrophiques, créé en 2005 et géré par la SCR», confie Zinoun. En matière d’identification de risques, certains sont en effet précurseurs. A l’instar de la société Swiss re qui a été l’une des premières compagnies à avoir identifié les risques associés aux changements climatiques. «Notre dispositif, Sonar, a été mis en place comme système de détection des risques partant sur un premier indicateur qui n’est autre que les réclamations», indique Roland Jacob, vice-président pour l’Europe de Swiss re.«Toutefois, les efforts des assureurs et réassureurs ne doivent pas faire oublier les rôles du gouvernement en matière de prévention», observe un assureur. «Celui du public non plus», ajoute Zinoun. D’autant plus que les phénomènes météorologiques et les pertes qui leur sont imputés se produisent notamment dans les pays membres du FAIR. «Prendre en charge ces risques nécessite une solide assiette financière au secteur de l’assurance et de réassurance», note Mustapha Bakkoury, président de la Société centrale de réassurance (SCR), qui a appelé les membres à adapter les réglementations locales aux réglementations internationales, notamment en terme de solvabilité et de bonne gouvernance. Mais comme il n’y a pas que les menaces, à Marrakech, on a aussi étudié les opportunités. Ceux de la micro-assurance et des produits alternatifs ou islamiques comme Takaful et Retakaful notamment. Les membres du FAIR étudient sérieusement ces produits qui ont fait leurs preuves dans des pays comme l’Inde ou la Malaisie. Takafoul représente aujourd’hui 18% des produits d’assurances en Malaisie, estime Syed Moheeb, président de Takaful Iklas. «Un produit qui, mieux marqueté, pourrait parfaitement coexister dans un système duel, et même être accepté par les musulmans comme les non musulmans».


Carte de visite

700 participants étaient présents à la 20e conférence de la FAIR, en provenance de 64 pays. Conférence qui a pour mission, depuis 43 ans, d’encourager la coopération des compagnies en Afrique et en Asie à travers un échange régulier d’expertise. Au Maroc, c’est la SCR (Société centrale de réassurance), qui représente le Maroc au sein de cette fédération. La SCR figure parmi les premiers réassureurs à l’échelle du continent africain et du Moyen-Orient dans le classement 2007 de Standard & Poor’s et d’AM best.B. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc