×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Agadir: Un abri pour les enfants de la rue

    Par L'Economiste | Edition N°:2919 Le 12/12/2008 | Partager

    . La wilaya ouvre les portes d’un centre pour les accueillir . L’opération soutenue par des institutionnels et la société civileLES autorités locales d’Agadir sont sensibles aux conditions difficiles des enfants en situation de rue. Pour leur éviter de souffrir du climat rude de cette période préhivernale, la wilaya du Souss-Massa-Drâa leur a ouvert les portes d’un centre d’accueil dans la commune d’Anza. L’opération a démarré depuis plus de deux semaines. Elle est menée avec la collaboration des intervenants institutionnels, à savoir la délégation de la Jeunesse, la Santé, l’Entraide nationale et la délégation régionale de l’Education nationale. Contribuent également à l’action des représentants de la société civile. Il s’agit de l’association Tounaruz pour les enfants en situation de rue et l’association Dar Talib. L’objectif de la démarche est d’offrir dans un premier temps un point de chute aux enfants sans abris, explique Rachid Filali, wali du Souss Massa Draâ. Pour le moment une trentaine d’enfants en situation de rue sont réunis dans un même lieu où ils sont logés, nourris, blanchis et encadré. Et leur nombre ne cesse de grandir. Les premiers bénéficiaires ramenant chaque jour de nouveaux pensionnaires. Ce qui est visé en faveur de tous c’est d’aller plus loin que cette opération ponctuelle. En effet, au-delà de les rassembler tous en un même endroit, il est question de les répartir par tranche d’âge pour trouver des solutions à leur situation précaire, voire, pour certains, tenter de leur faire réintégrer la cellule familiale et pour tous retrouver les bancs de l’école grâce au système de l’éducation informelle. Un passage obligé avant de les faire accéder à des centres de formation par apprentissage (CFA). Pour l’heure, ce sont quelques pistes pour répondre à la problématique qui fait aujourd’hui l’objet d’une étude lancée par les institutionnels régionaux suite à la réunion du comité régional de lutte contre la précarité, qui s’est tenue à Zagora. L’étude confiée à l’entreprise Mondavis vise en fait à définir la politique à mener face à toutes les formes de précarité. A terme cela va permettre de tracer les contours du schéma régional de la précarité. De notre correspondante, Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc