×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Agadir: Les gargotes, “industrie” de restauration rapide!

Par L'Economiste | Edition N°:1814 Le 19/07/2004 | Partager

. Elles sont une soixantaine et emploient 700 personnes . 34 DH est le prix moyen d’une friture de poissons . Les touristes, premiers clients; mais aussi les habitants de la villeCalamars, crevettes, soles, merlans… le client des gargotes implantées aux portes du port d’Agadir n’a que l’embarras du choix pour composer son menu poisson. A peine arrivé dans le parking du site, alors qu’il n’est pas encore attablé, comme pour confirmer la diversité de la carte, une odeur de friture de poissons lui chatouille les narines pendant qu’il est pris d’assaut par des courtiers ou chasseurs de clients. Certains monnaient même une place dans le parking contre un repas dans leur restaurant. Marché que parfois le visiteur accepte en raison du grand flux de gens qui transitent par l’endroit, notamment en été, où l’activité connaît son pic. C’est un véritable souk qui attire plusieurs centaines de personnes chaque jour en raison non seulement de la fraîcheur des mets servis mais également de leur coût bon marché. Ici, dans ces lieux, les propriétaires des gargotes se sont tous alignés sur les mêmes prix, affichés, d’ailleurs, sur des tableaux. L’assiette de friture de poissons variés coûte 34 DH. Seule change la quantité servie d’une “gargote” à une autre. Celles-ci proposent également sur commande pour les bourses bien garnies de la langouste, du homard, des crevettes royales, assiettes vendues selon le poids du produit (300 DH le kg environ). Reste que les prix parfois flambent au détriment du client surtout quand il s’agit de touristes étrangers qui ne représentent toutefois, selon Ahmed, propriétaire d’une gargote, que 20% de la clientèle, les habitants de la ville représentent le plus gros des visiteurs. Grâce à ce développement de la demande, l’activité a pris de l’ampleur au fil des ans et s’est modernisée. Une véritable industrie de restauration rapide en croissance. . 4.000 DH par jourEn 1982, raconte Abdeslam Safi, “amine” des restaurateurs, les gargotes étaient au nombre de 25, pas toutes en exploitation, aujourd’hui elles sont 67 sans compter les commerces qui se sont implantés tout autour. Cela fait 123 boutiques, au total, restaurants compris. Un complexe où s’activent, indique Safi, près de 700 personnes puisque chaque gargote emploie entre 5 à 10 personnes. C’est que les clients sont nombreux et ne doivent pas attendre. En 10 mn après des petites salades pour patienter, la table, d’une propreté irréprochable, est servie. Avec le temps, les assiettes en céramique ont remplacé celles en plastique. Selon Safi, une bonne journée de travail peut laisser jusqu’à 4.000 DH de recette. Reste, déplore-t-il, l’évolution du coût des charges. La cherté du prix du poisson, entre autres, a réduit les bénéfices. De son avis, une certaine anarchie règne sur les lieux. Outre l’extension incontrôlée de certaines boutiques, les chasseurs de clients, les nombreux gardiens de voitures improvisés, l’endroit compte également une multitude de mendiants. “Certains ont même grandi ici”, explique un habitué du coin. Tout un monde qui s’empare du visiteur dès son arrivée dans un grand brouhaha. Tout ceci n’empêche pas ce dernier de faire un bon repas et d’apprécier la fraîcheur des mets. Fait garanti, indique le représentant des restaurateurs, grâce à un approvisionnement au jour le jour. Toutefois, pour Safi, un contrôle d’hygiène de toutes les gargotes ne serait pas de trop, de temps en temps. De notre correspondante,Malika ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc