×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Afrique/sida
Forte progression de l’accès aux antirétroviraux

Par L'Economiste | Edition N°:2598 Le 29/08/2007 | Partager

. 2,2 millions de personnes sont infectées chaque année. 36 pays africains manquent de personnel de santé, selon l’OMSL’accès aux médicaments antirétroviraux est en forte progression chez les malades du sida en Afrique, bien que la grande majorité n’y ait toujours pas accès, a indiqué lundi dernier le directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique.Le Dr Luis Gomes Sambo, qui ouvrait à Brazzaville la 57e Session du comité régional de l’OMS, a aussi indiqué que 36 pays africains manquaient de personnel de santé.«La pandémie de sida continue d’être une source de préoccupation, même si, à certains égards, quelques bons résultats ont été enregistrés, tel que l’amélioration de l’accès aux traitements antirétroviraux, qui est passé de 2% en 2003 à 30% fin 2006 en Afrique», a-t-il déclaré.«Nous ne devons pas cependant oublier qu’environ 70% de malades demeurent encore sans traitement. Face au nombre très élevé des nouveaux cas d’infection par an, je voudrais insister sur l’importance de la prévention comme principale stratégie», a-t-il ajouté.Selon l’OMS, plus de 2,2 millions de personnes sont infectées chaque année par le virus du sida sur le continent africain. Le «VIH-sida décime en moyenne, 8.000 personnes par jour en Afrique», a souligné de son côté le Premier ministre congolais, Isidore Mvouba.«Force est de constater que les Objectifs du millénaire pour le développement en matière de santé en Afrique seront hors de portée des peuples africains à l’horizon 2015», a souligné Mvouba.Les Objectifs du millénaire pour le développement, adoptés par les dirigeants mondiaux lors d’un sommet à New York en 2000, visent à réduire de moitié la grande pauvreté dans le monde d’ici à 2015.Le Dr Gomes Sambo, de nationalité angolaise, s’est par ailleurs félicité des résultats enregistrés dans la lutte contre le paludisme, la lèpre et la poliomyélite.«Dans le cadre de la lutte contre le paludisme, nous commençons à enregistrer un impact positif, notamment grâce aux distributions de moustiquaires imprégnées lors de campagnes de vaccination de masse», a-t-il expliqué.Selon le directeur régional de l’OMS, 42 pays du continent ont déjà atteint le seuil d’élimination de la lèpre, c’est-à-dire un taux de prévalence inférieur à 1 cas pour 10.000 habitants.Le Dr Gomes Sambo a néanmoins déploré la résurgence ou l’apparition de maladies dues à l’insalubrité, notamment le choléra ou le chikungunya. Il a également rappelé que 36 pays africains manquaient de personnel de santé. «Le débat sur cette crise des ressources humaines se poursuit, mais des démarches en vue d’atténuer ses effets ne semblent pas produire les résultats escomptés», a-t-il déclaré.L’Afrique connaît une fuite des cerveaux, notamment dans le domaine médical, en raison de la mauvaise utilisation des cadres et de leur faible rémunération.«Le partenariat international pourrait apporter les ressources additionnelles nécessaires à la formation de cadres de santé en vue de compenser la perte due à la fuite des cerveaux», a estimé le Dr Gomes Sambo. Cette session de l’OMS, prévue jusqu’au 31 août, regroupe 46 ministres africains de la Santé ou leurs représentants, la directrice générale de l’OMS, le Dr Margaret Chan, et des bailleurs de fonds. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc