×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

France: Malgré la pluie, les touristes affluent

Par L'Economiste | Edition N°:2598 Le 29/08/2007 | Partager

. + 3,7% de la fréquentation touristiqueLe temps maussade n’a finalement pas gâché la saison d’été en France, qui a connu une hausse de la fréquentation touristique de 3,7%, profitant d’un engouement accru pour des villes comme Paris et Strasbourg et grâce aux visiteurs étrangers. Le secrétaire d’Etat français au Tourisme, Luc Chatel, a estimé lundi 27 août que ce chiffre représentait des résultats «encourageants», malgré «de fortes disparités régionales».Les Offices de tourisme ont dressé de leur côté un bilan contrasté de la saison d’été, ternie par les pluies dans le nord, mais marquée par un afflux vers les régions ensoleillées du sud, selon une étude publiée par Odit France, organisme rattaché au gouvernement.«Le littoral aquitain (sud-ouest) et le nord sont en recul et la montagne a souffert», a analysé M. Chatel, en se félicitant de «la bonne surprise du retour des Américains (+5%) et de l’augmentation de la fréquentation des Japonais (+3%)».La France a connu en juillet une hausse de 3,7% des nuitées hôtelières par rapport à l’an dernier et la même tendance se profile pour le mois d’août, a-t-on expliqué au secrétariat d’Etat au Tourisme.«Le tourisme urbain et culturel s’est très bien comporté, et les réservations des touristes étrangers n’ont pas changé» malgré le mauvais temps, a-t-on fait valoir. Si les touristes ont délaissé des régions dépourvues de soleil comme la Bretagne (ouest), la Côte d’Azur (sud-est) a connu l’affluence, permettant du coup de maintenir les recettes globales de la France.Les statistiques ont été tirées vers le haut par les excellents résultats de la saison à Paris et sa région, la meilleure de ces cinq dernières années.L’Office du tourisme de Paris a annoncé le 27 août s’attendre à une «très bonne année» touristique en 2007, tablant sur 15,6 millions d’arrivées (+2%) et 35,1 millions de nuitées hôtelières (+3,5%). Quant à l’ensemble du pays, le mois d’août est ressenti comme meilleur que juillet, notamment sur la côte atlantique, mais il ne dépasse pas le mois d’août 2006, plutôt moyen, selon Odit France. Les conditions météorologiques «très moyennes» au mois d’août ont «renforcé l’impression de médiocrité» de la saison d’été 2007, indique cette enquête.L’horizon semble toutefois s’éclaircir pour le mois de septembre: les perspectives sont jugées «stables» pour une moitié des Offices du tourisme et Syndicats d’initiative interrogés et «bonnes» pour l’autre moitié. «La saison 2007 ne restera pas comme un grand cru, mais l’été n’est pas fini», a commenté Christian Mantei, directeur général d’Odit France. Quant au premier semestre 2007, les nuitées hôtelières en France ont augmenté de 1,5%, a-t-il déclaré.Odit France a noté des baisses de la fréquentation pour les littoraux de la mer du Nord, de la Manche et de l’Atlantique, notamment en Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes, ainsi que pour la montagne, des Vosges aux Alpes du Nord.En revanche, l’organisme constate une hausse de la fréquentation sur le littoral provençal, les arrière-pays provençaux et languedociens, la vallée du Rhône, Paris et certaines villes de l’est de la France nouvellement desservies par le TGV, comme Strasbourg.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc