×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Accord secret entre les Etats-Unis et la Russie

    Par L'Economiste | Edition N°:619 Le 19/10/1999 | Partager


    La position des Etats-Unis, jusqu'ici farouchement opposés à la ratification du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires, semble s'assouplir au fur et à mesure des négociations.
    Ainsi, les Etats-Unis ont offert à la Russie dans une proposition secrète de l'aider à installer un site radar en Sibérie en échange d'une renégociation du traité sur l'armement terrestre, a-t-on appris hier à Washington.
    Cette proposition, si elle est confirmée, représenterait un changement important de position des Etats-Unis, suite au rejet par le Sénat de la ratification du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires. Ce vote négatif n'a pas été pour plaire à Jacques Chirac et Boris Eltsine. Ces derniers ont manifesté leur souci que le Traité ABM sur les missiles antiballistiques soit respecté.
    Le New York Times, citant des responsables russes et américains, indique que le gouvernement américain a offert à la Russie de l'aider à achever une installation de détection antimissiles à Michelvvka, près d'Irkoutsk, dans le cadre d'une campagne de défense globale menée par Washington contre une attaque potentielle de la Corée du Nord notamment.
    Un membre important de l'Administration Clinton a souligné pour le Washington Post que les Etats-Unis considéraient qu'il s'agissait d'une menace commune, et que la Russie n'était donc pas visée par cette campagne. Cette coopération pourrait être étendue à d'autres sites, mais ceux-ci n'ont pas été discutés dans le détail, a-t-on précisé.
    Cependant un tel type d'accord serait interdit par le Traité antiballistique (ABM) de 1972, que Moscou a refusé jusqu'ici de renégocier. Vendredi, Moscou a même fait savoir qu'elle s'allierait à la Chine pour agir auprès de l'ONU contre la persistance des Américains à vouloir renégocier l'accord.

    Fadoua TOUNASSI (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc