×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Abdelmajid Bennis n'est plus président de la Commune de Sidi Moumen

Par L'Economiste | Edition N°:959 Le 16/02/2001 | Partager

. La décision de sa révocation est tombée mercredi en début d'après-midi. Il reste cependant député à la première ChambreM. Abdelmajid Bennis, le président de la Commune urbaine de Sidi Moumen à Casablanca, a été suspendu avant-hier mercredi par le Ministère de tutelle. La décision a été prise par le Ministère de l'Intérieur suite à de nombreuses visites de commissions d'inspection.M. Bennis a reçu l'avis de sa révocation mercredi en début d'après-midi, un jour après la clôture de la session ordinaire de la Commune de Sidi Moumen. Les mauvaises langues disent qu'il avait promis des moutons à des membres amis dans le Conseil. Les tractations dans cette commune ont marqué la scène médiatique au cours de l'année 2000. Petite consolation, M. Bennis, à 45 ans, reste député à la première Chambre. Il y a quelques mois, il avait raté le poste de 2ème vice-président de la région de Casablanca.Tout a commencé en 1997, quand M. Bennis, un parfait inconnu de la Commune de Sidi Moumen, est hissé sous les couleurs de l'Union Constitutionnelle à la tête de son conseil. Connu pour ses liens très amicaux avec Lâafoura, ex-gouverneur de la Préfecture d'Aïn Sebaâ-Hay Mohammadi, M. Bennis a rapidement fait parler de lui: des marchés publics ont été passés à des sociétés où il aurait des intérêts. En effet, les travaux de terrassement de l'avenue Houcine Soussi (quartier Sidi Moumen, préfecture d'Aïn Sebaâ, Casablanca) ont été confiés à Sobiap, une société qui compte parmi ses actionnaires le beau-frère de M. Bennis. “Non, le marché a été remporté dans la transparence et exécuté dans les règles de l'art!” rétorquait M. Bennis. Ce n'est pas tout, il a autorisé des constructions sur des terrains expropriés par L'Erac. Dans une objection publiée par L'Economiste, l'Erac a soulevé des agissements non réglementaires de M. Bennis (Cf. www.leconomiste.com: 27 juin 2000).“Cette commune n'a que des problèmes!” M. Bennis, qui réfutait en bloc les accusations portées contre lui, louait ses propres efforts: “Depuis mon arrivée à la tête de la commune de Sidi Moumen, j'ai veillé à instaurer une hygiène qui faisait défaut. Ensuite, au sein de la Commune, c'était l'anarchie au niveau de l'administration. Je l'ai assainie. La Commune avait perdu sa crédibilité. Enfin, j'ai veillé à doter Sidi Moumen de boulevards et avenues. Cette commune n'avait aucune voie”, avait-il déclaré à L'Economiste lors d'une précédente interview.La Commune de Sidi Moumen est connue surtout pour ses bidonvilles. Le recensement de 1994 le confirme: à Sidi Moumen, 44,27% des ménages habitent un logement pourvu d'électricité, alors que la moyenne nationale est de 80,7% et 47,16% des ménages habitent un logement relié à un réseau d'eau courante, alors que sur le plan national, 74,2% des ménages urbains y sont reliés. Aujourd'hui, les bidonvilles abritent plus de 100.000 personnes.Avec l'éviction M. Bennis, après celle de MM. Abdelmoughit Slimani et Mohammed Kemmou, l'UC perd totalement la mainmise qu'il avait sur la ville de Casablanca. La gestion de la Commune va être assurée par le Ministère de l'Intérieur. En principe, des élections pour la présidence du conseil auront lieu dans quinze jours. A suivre. Anouar ZYNE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc