×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Une cure de jouvence pour relever de nouveaux défis

Par L'Economiste | Edition N°:4568 Le 14/07/2015 | Partager
200 jeunes seront embauchés cette année
Un contrat-programme en cours de finalisation

Saïd Ahmidouch, DG de la CNSS: «Si la couverture des non salariés, une population qui se compte par millions, est confiée à la CNSS, nos efforts de recrutement seront beaucoup plus importants»

- L’Economiste: Plus des deux tiers du personnel de la CNSS partiront à la retraite d’ici 2025. Comment comptez-vous préparer la relève?
- Saïd Ahmidouch:
Effectivement, nous avons une moyenne d’âge relativement élevée. Mais un effort important est fourni en matière de recrutement. Chaque année nous intégrons des jeunes. Cette année, par exemple, plus de 200 personnes seront embauchées. Le renouvellement se fait donc à travers ces recrutements de jeunes, notamment des universitaires qui participeront à construire la CNSS de demain. Il ne faut pas oublier, cela dit, que nous n’investissons pas uniquement dans la quantité.
L’organisation, la modernisation des outils, la dématérialisation des process et l’utilisation des technologies de l’information nous permettent d’adopter une nouvelle façon de travailler et d’être productifs. Pour nous accompagner, nous avons justement besoin de profils hautement qualifiés.
- Combien de personnes comptez-vous recruter à moyen terme?
- Nous sommes en train de préparer un contrat-programme sur plusieurs années qui nous permettra d’avoir une visibilité plus importante. Tout dépendra aussi des grands chantiers qui seront confiés à la CNSS. De toutes les façons, nous ne pouvons dimensionner les moyens qu’en fonction des charges que nous aurons à traiter. Si, et c’est ce que je crois, la couverture des non salariés, une population très importante qui se compte par millions, est confiée à la CNSS, évidemment, le dimensionnement des ressources humaines ne peut pas être le même qu’aujourd’hui. Les efforts de recrutement seront beaucoup plus importants. Sur ce plan-là, nous pensons que la CNSS dispose des meilleurs atouts parmi les organismes qui existent pour accompagner ces grands chantiers.
- Selon la Fédération des employés de la CNSS, certains collaborateurs de la Caisse ne bénéficient pas de la protection sociale. Qu’en est-il de cette question?
- Nous ne comptons pas de salariés qui ne bénéficient pas de la protection sociale. Allusion est faite à quelques vacataires auxquels nous avons recours. C’est le cas, par exemple, des médecins qui peuvent travailler chez nous, mais qui ne sont pas des salariés de la Caisse. Ils relèvent de la profession libérale, et par conséquent, nous collaborons avec eux en tant que vacataires.
Propos recueillis par Ahlam NAZIH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc