×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Stages en entreprise
L’école, première passerelle

Par L'Economiste | Edition N°:4261 Le 23/04/2014 | Partager
Les facultés n’interviennent pas pour placer les étudiants en milieu professionnel
Seulement 38% des entreprises recrutent leurs stagiaires
Les stages rémunérés ne dépassent pas le tiers

Formation pratique, apprentissage, perfectionnement des acquis,… les stages sont un véritable tremplin pour les étudiants désireux de s’insérer plus facilement dans le monde du travail. Mais comment le décrocher? L’école et les candidatures spontanées sont les premières passerelles ouvrant la voie à un poste en entreprise. Les sites Internet peuvent également permettre de trouver des opportunités, mais ils restent très peu utilisés.
En France, au sein de chaque université, il existe un bureau d’aide à l’insertion professionnelle (BAIP) des étudiants. Il a pour mission d’assurer l’accès aux stages à tous ses étudiants, et de diffuser les offres selon les formations proposées par l’université.
Au Maroc, cela relève encore de l’utopie. Seuls les établissements privés accordent de l’intérêt à ce volet.
Rares sont les entreprises qui rémunèrent leurs stagiaires au Maroc. Seulement un tiers des stagiaires est indemnisé, selon les dernières conclusions de l’étude de stagiaires.ma. Les montants ne dépassent pas 2.000 DH/mois. Les stages restent une occasion en or pour les étudiants de mettre en pratique leurs connaissances, mais le flou juridique dans le domaine complique les choses. «Il n’existe pas de loi qui réglemente les séjours en entreprise», souligne Youssef El Hammal, directeur fondateur de stagiaires.ma.
Un flou dont certains patrons abusent, profitant de la disponibilité des étudiants stagiaires. En Europe, même si le cliché du stagiaire qui s’occupe du courrier a la peau dure, les stages en milieu professionnel sont régis par le code du travail. Ils sont rémunérés selon les périodes et les missions fixées par l’établissement. Par ailleurs, une convention tripartite est signée entre le stagiaire, l’organisme d’accueil (entreprise, administration publique, etc.) et l’établissement d’enseignement.
Même si la législation marocaine a «omis» de réglementer les stages dans le code du travail, les entreprises doivent assumer leur rôle en tant qu’acteur social. Une étude menée par stagiaires.ma et le cabinet  BMarketing en 2014 auprès de 2.800 étudiants du cycle supérieur et de 310 managers RH et non-RH montre que seulement 38% des entreprises recrutent leurs stagiaires. Cependant, les managers affirment qu’ils rencontrent de nombreux obstacles pour trouver un stagiaire. Les barrières au recrutement citées concernent principalement la disponibilité des profils, la qualité des candidatures et la méconnaissance des sources de recrutement.


Rajaa DRISSI ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc