×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Communication: Le secteur recrute

Par L'Economiste | Edition N°:4261 Le 23/04/2014 | Partager
Boîtes de prod, agences de com, multinationales,… très demandeurs
L’ESJC se positionne en force
Les cours réadaptés en continu en fonction des besoins du marché

Ce sont les étudiants qui animeront le stand de l’ESJC au Forum de l’étudiant du 24 au 27 avril. Durant tout leur cursus, ils apprennent à gérer des projets concrets et à s’ouvrir sur leur environnement

LA communication, c’est un métier qui monte. Même si la conjoncture ne s’y prête pas, le secteur continue de recruter. Grands groupes, multinationales, offices, banques, agences de com, sites web, maisons de production, radios, chaînes de télévision… sont de plus en plus demandeurs.
Les profils brigués sont très divers (responsable com, attaché de presse, community manager, rédacteur web,…).
«Nos étudiants et lauréats sont très sollicités en ce moment pour des stages ou des recrutements. Le besoin est vraiment palpable», confie Badiaa Essaouri, directrice pédagogique de l’ESJC. L’école, fondée en 2008 par le groupe Eco-Médias (L’Economiste, Assabah, Atlantic Radio), est l’une des rares structures privées de journalisme et de communication de la place. Son modèle est plutôt unique, puisqu’il s’agit de la seule école fondée par un groupe de presse. Ses étudiants sont donc, tout au long de leur cursus, sur le terrain, encadrés par des professionnels du secteur. «Nous tenons à ce que nos étudiants soient opérationnels. Même en période de stage ils n’ont pas besoin d’encadrement», insiste Essaouri. «Ils sont tout le temps mis en situation, et travaillent en continu sur des projets concrets», poursuit-elle. Actuellement, par exemple, ils se penchent sur des projets de médiatisation d’actions bénévoles. Ils collaborent dans ce cadre avec plusieurs grandes associations. Certains participent, par ailleurs, à des festivals, comme celui de Mawazine. Tandis que d’autres préparent un court métrage qui pourrait concourir au Festival international du film de Marrakech. Le cursus se veut donc pratique, avec également des ateliers, visites de terrain et organisation d’enquêtes sur des thèmes particuliers. L’école organise aussi régulièrement des conférences avec des intervenants de haut vol (Dominique Bocquet, contrôleur général économique et financier au ministère des Finances français, Jamal Eddine Naji, directeur général de la communication audiovisuelle,…).
L’ESJC propose une formation initiale (bac+3) en journalisme et communication, autorisée et accréditée par le ministère de l’Enseignement supérieur, avec deux filières, arabophone et francophone, complétée par un master (sur deux ans).

Le master est d’ailleurs très prisé par des professionnels de tous bords. Si certains souhaitent uniquement acquérir de nouvelles compétences ou compléter leurs savoir-faire, d’autres pensent carrément se reconvertir dans la com et les médias. Eh oui, le secteur où les opportunités ne cessent de s’élargir, notamment avec le développement du numérique, séduit. Côté revenu, tout dépend des établissements et de l’expérience cumulée. Pour un chargé de communication, par exemple, le salaire mensuel peut aller de 7.000 DH à 14.000 DH, voire plus. Les directeurs, eux, reçoivent de 500.000 à 1 million de DH par an, sans compter les avantages en nature, selon le cabinet Diorh.
L’équipe pédagogique de l’ESJC est formée d’experts de renom (rédacteurs en chef, patrons d’agences de com, réalisateurs,…). Le programme, pour sa part, est réajusté chaque année, en fonction des besoins du marché.
L’établissement s’est également forgé une réputation à l’international. Il attire des étudiants de plusieurs nationalités (France, Sénégal, Guinée, Cameroun, Côte d’Ivoire,…), une véritable richesse selon le management de l’établissement.

Etudiants citoyens

LA gestion de projets sociaux fait partie intégrante du programme de l’ESJC. L’objectif est de permettre aux étudiants de s’ouvrir sur leur environnement. Ces derniers préparent leur dossier de sponsoring dès le mois d’octobre de chaque année, en vue de partir à la récolte de fonds. Des actions citoyennes sont ensuite organisées, en partenariat avec des professionnels investis dans le bénévolat.
Dans le programme de l’année 2013-2014, une caravane médicale dans la région d’Azilal aux côtés de praticiens, ainsi que «l’opération SDF» lancée pour la 3e fois (consultations médicales, distribution de nourriture, vêtements,…). L’an précédent, une session de formation et de coaching a été organisée en faveur d’une coopérative féminine. Les enfants de l’association Bayti ont également bénéficié d’une formation en écologie.

Ahlam NAZIH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc