×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Cadres: Les métiers qui rapportent

Par L'Economiste | Edition N°:4261 Le 23/04/2014 | Partager
Les directeurs marketing toujours en forme
Hausse des salaires: une moyenne de 2,69% en 2013
Les responsables financiers s’en tirent mieux que les autres

Crise ou pas, certaines fonctions paient traditionnellement mieux que les autres. Telles que les PDG et DG qui,

L’enquête L’Economiste-Sunergia est menée depuis maintenant 22 ans. Elle permet de dégager les tendances en matière d’emploi et de salaires

naturellement, perçoivent les plus grosses rémunérations. Selon l’enquête 2013 de L’Economiste-Sunergia sur le salaire des cadres, le salaire moyen annuel brut des PDG, de même que des présidents de conseils de surveillance opérant dans les finances (le secteur le plus rémunérateur de ces deux fonctions), est de 1,45 million de DH. Ils sont suivis des DG, avec plus de 1,07 million de DH et des DGA (786.500 DH par an). Les directeurs marketing, toujours bien placés, viennent juste après (voir tableau).
Cependant, ce ne sont pas ces postes qui ont pu réaliser les plus importantes hausses de salaire en 2013. D’autres s’en sont mieux tirés, comme les directeurs financiers. Eh oui, en temps de crise, leur rôle dans l’entreprise devient plus que jamais capital. Ils ont ainsi enregistré la plus forte progression, avec une évolution moyenne de 7,21%. Le chiffre peut paraître minime, mais il est littéralement «inespéré» dans ce contexte économique pour le moins difficile. Il est bien au-dessus de la moyenne générale qui est de +2,69%. Une moyenne qui n’est pas très éloignée du taux d’inflation (près de 2,5% pour 2014, selon Bank Al-Maghrib). Ce qui signifie que les augmentations concédées permettent à peine de maintenir le pouvoir d’achat.
Les directeurs financiers sont suivis des managers (+6,03%) et des responsables comptables (+5,85%). Les DG, eux, n’ont vu leur revenu s’améliorer que de 1,75%, soit moins que les directeurs de production (+3,9%) ou encore des responsables commerciaux ou marketing (+1,99%).  
En temps de crise, certains métiers sont ainsi plus valorisés au sein des entreprises. Ils ont donc plus de pouvoir de négociation. Les bons directeurs commerciaux, par exemple, sont très prisés en périodes difficiles, car avec leur carnet d’adresses, leur flair et leur talent de vendeur, ils peuvent ramener plus de cash. Les «cost-killers», comme les directeurs financiers, directeurs d’achats ou directeurs logistique, sont également très sollicités.
Directeur des ressources humaines, directeur de la R&D et directeur pédagogique font aussi partie des profils qui montent en ce moment. Ils font actuellement partie du top 10 des métiers qui rapportent le plus (voir tableau).
Qu’en est-il des avantages en nature? Les téléphones et les ordinateurs portables sont de loin les avantages les plus offerts aux cadres en entreprise. Sur le top 10 des fonctions les mieux payées en 2013, la majorité en disposent (de 79% à 100% selon les postes), exception faite des directeurs pédagogiques, dont seuls 40% en bénéficient. Cela dit, ces derniers sont ceux qui ont le plus souvent un logement de fonction (40%), fait rare chez les autres profils. En matière de

Source: L’Economiste-Sunergia
Les trois premiers postes de l’organigramme sont naturellement ceux qui reçoivent les plus gros salaires et avantages. Il est vrai que les directeurs marketing sont mieux rémunérés que les DGA en termes de salaire, mais si l’on prend en compte également les avantages sociaux et en nature, les DGA se placent avant

primes, les directeurs marketing sont les plus gâtés, puisque 100% des sondés en reçoivent, suivis des directeurs des systèmes d’information (88%) et des directeurs commerciaux (87%). La voiture profite le plus souvent au top management, à savoir les DG (84%), PDG (73%) et DGA (71%), ainsi qu’aux directeurs marketing (55%). Elle est généralement assortie du plein de carburant. Concernant l’intéressement aux résultats, les PDG se placent évidemment premiers (73%), suivis là encore des DGA et DG, puis des directeurs pédagogiques. Et c’est aussi le trio de tête de l’organigramme qui a droit, même si cela est très rare, à un personnel de service (10% des cas, tout au plus). Les DGA sont ceux qui profitent le plus du 13e mois (59%), talonnés de près par les directeurs des achats et les directeurs commerciaux.
La formation s’installe également parmi les avantages en nature mis en avant par les entreprises, mais pas encore suffisamment. Les DG (38%), PDG (36%) et directeurs des achats (36%) sont les plus ciblés par des formations. Ils sont suivis des directeurs commerciaux (21%). Chez tous les autres profils du top 10, la part des responsables formés est inférieure à 20%. La crise y est probablement aussi pour quelque chose.


Ahlam NAZIH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc