×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

CV: La révolution 2.0

Par L'Economiste | Edition N°:4261 Le 23/04/2014 | Partager
Liens hypertextes, présentation vidéo… les nouvelles tendances
Les techniques de recrutement orientées réseaux sociaux et sites spécialisés
Réussir sa candidature: une question aussi bien de fond que de forme

A l’heure d’Internet, érigé en outil au service de l’emploi, et de l’essor des blogs vidéos et des réseaux sociaux, les techniques de recrutement et les CV évoluent à grands pas. Ces derniers sont devenus progressivement un véritable moyen de promotion, permettant avant tout de vendre sa candidature, alors qu’ils n’étaient que de simples fiches de présentation.
En l’espace de quelques années, les CV ont subi plusieurs changements notables aussi bien sur le fond que sur la forme. Première innovation, les «liens hypertextes», confie Ali Serhani,  directeur associé du bureau de recrutement et de conseil RH  Gesper Services. Autrefois réservés aux candidats du domaine de la communication, ceux-ci représentent aujourd’hui un atout pour de nombreux professionnels désireux de donner plus de valeur ajoutée à leur candidature. Les plus pertinents sont notamment ceux pointant vers un portfolio, un site vitrine ou un blog professionnel, ou encore vers un matériel ou un produit que le postulant a lui-même conçu ou commercialisé. La tendance actuelle consiste également à utiliser des couleurs à la fois sobres et professionnelles, comme le bleu ou le gris foncé, souligne l’expert en RH. Les CV actuels peuvent aussi prendre la forme d’une présentation vidéo d’après le spécialiste en ressources humaines. Un exercice auparavant réservé aux postulants convoitant un poste dans le marketing ou la communication. Le «CV vidéo» est un exercice permettant de se démarquer de ses concurrents de manière originale et créative, et qui révèle beaucoup d’informations sur la personnalité du candidat. Ce type de CV comporte néanmoins des failles. En effet, les recruteurs trouvent l’outil trop lent à manier, surtout en période de présélection de candidats.
La mise en page a également fait l’objet d’une sensible évolution. Ainsi, bon nombre de recruteurs reçoivent des CV prenant la forme d’une frise chronologique. Il n’est pas rare, par ailleurs, que des candidats réalisent des graphiques qu’ils intègrent afin d’illustrer le niveau de leur connaissance d’une langue ou d’un logiciel technique. Une démarche créative, mais qui ne valorise cependant pas suffisamment les expériences professionnelles qui sont reléguées au second plan.
Autre nouveauté, l’utilisation de plus en plus fréquente de mots-clés. Une stratégie pertinente si le candidat souhaite poster son CV sur un site d’emploi, étant donné que beaucoup de candidatures sont triées par des logiciels selon le nombre de mots-clés prédéfinis par l’entreprise. Pour cela, il est conseillé d’utiliser les termes contenus au niveau de l’annonce d’emploi.
Les employeurs sont par ailleurs de plus en plus séduits par la présence de résultats chiffrés et ne se contentent plus de détails renvoyant aux missions réalisées. Ils recherchent des données purement factuelles capables d’illustrer concrètement la performance du postulant. Ainsi, volume du portefeuille clients, turnover de l’équipe managée ou encore nombre de litiges résolus sont à la mode en ce moment.
Les techniques de recrutement ont également beaucoup évolué dernièrement. Les candidats peuvent désormais faire appel aux réseaux sociaux tels que Linked ou Viadeo en vue de chercher du travail, mais «à condition de savoir les optimiser», précise Ali Serhani. L’expert ajoute que l’utilisation de Facebook à cet effet est à proscrire. Les candidats peuvent également faire appel à des sites spécialisés qui se développent sur la toile.

La bonne formule

Pour réussir son CV, le candidat doit tout d’abord «mentionner en priorité son expérience, sa formation et ses stages», souligne Ali Serhani. Il doit, par ailleurs, opter pour une présentation tenant sur une seule page. Il doit également privilégier un titre clair cohérent avec le reste de la candidature et inscrit dans la logique du parcours professionnel. Concernant l’écriture, il est fortement conseillé de choisir les polices modernes et courantes comme l’Arial, le Calibri ou encore le Tahoma. Le nombre de tailles des caractères ne doit pas dépasser trois, afin que le document conserve une certaine homogénéité. L’on doit également mentionner les formations complémentaires suivies, que ce soit seul ou au sein de l’entreprise. Ainsi, des cours du soir en anglais feront bonne impression auprès du recruteur. Concernant les langues, il est préférable d’éviter l’expression «lu, écrit, parlé» et de la remplacer par les termes «bilingue», «courant», «intermédiaire», beaucoup plus explicites.
Un CV réussi ne doit par ailleurs pas comporter de trous de parcours, qui n’échapperont pas à l’analyse des recruteurs. Il est conseillé de les combler en indiquant les activités effectuées durant cette période comme un investissement associatif ou une formation. Une candidature convaincante doit, en outre, accrocher au premier coup d’œil, être parlante et non exhaustive. «Un bon CV se remarque dès le départ et il ne faut jamais en dire trop», explique Ali Serhani. Un CV efficace ne doit comprendre que les faits indispensables pour le poste visé.

Gare aux pièges!

EN matière de CV, il faut faire attention à ne pas tomber dans certains pièges. Ainsi, afficher ses prétentions salariales n’est pas valorisant. Cela risque de pousser le recruteur à écarter tout bonnement votre candidature. Il est par ailleurs inutile de joindre une photo. Cela n’apporte rien, selon certains spécialistes en recrutement, puisque la photo risque même de desservir le postulant. Dans le même ordre d’idées, mentionner son âge est aussi à proscrire. Il est préférable d’aborder ce sujet au sein d’une discussion avec le recruteur.

Karim AGOUMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc