×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Port de Tanger
    La première phase du quai à croisières bouclée

    Par L'Economiste | Edition N°:4167 Le 09/12/2013 | Partager
    Un grand paquebot attendu avant la fin de l’année
    Le téléphérique que se disputent Français et Espagnols devra attendre quelques mois

    Cette première phase devra permettre d’accueillir des paquebots de la dernière génération avec un quai de 360 mètres

    LES travaux au niveau du port de Tanger-ville avancent conformément au calendrier prévu. C’est le cas du quai de croisières. La semaine dernière, les travaux d’extension, entamés depuis le début de l’année, ont été bouclés. Entre-temps, il n’a pas chômé. Il vient de recevoir l’un des plus grands paquebots de croisière de la Méditerranée avec 292 mètres de long. Et les responsables du projet prévoient de recevoir dès les prochaines semaines un autre paquebot d’une longueur de 294 mètres, soit le plus grand paquebot jamais accueilli à Tanger.
    Ces géants de la mer restent par contre en dessous des capacités du quai. Ce dernier offre une longueur de 360 mètres. De quoi accueillir même le plus grand des paquebots de la Méditerranée qui atteint 333 mètres.
    C’est dire que le projet offrira des infrastructures importantes dédiées à l’accueil des plus grands paquebots de croisières au monde, soulignent les responsables de la Société d’aménagement et de reconversion du port de Tanger-ville (SAPT).

    Les travaux de cette première phase d’extension du quai de croisière, adossé à la jetée principale, ont été entamés en février 2013. Le trafic visé est de 300.000 croisiéristes en 2016 et de 750.000 en 2020. D’autres composantes du projet connaissent des avancées palpables. C’est le cas de la composante hôtelière. L’appel d’offres concernant les hôtels de 3 et 4 étoiles prévus a été adjugé au groupe Atlas Hospitality. Une troisième unité de 5 étoiles devrait patienter encore avant adjudication. Les négociations sont en cours avec les parties présélectionnées.
    C’est le cas aussi du projet de téléphérique. Ce dernier, qui se veut une nouveauté non seulement au niveau du Maroc mais aussi africain, devra connaître un délai supplémentaire de quelques mois. En effet, les deux soumissionnaires, un espagnol et un autre français, ont demandé des études supplémentaires afin de mieux affiner leurs offres qui devaient être présentées avant la fin de l’année. En effet, des études ont déjà été lancées afin de mieux déterminer les affluences et le trafic prévu. Pour les deux opérateurs, connaître de manière exacte le trafic potentiel est de nature à mieux les aider dans la mise en place d’une offre plus affinée, explique-t-on auprès de la SAPT. D’autant plus que le schéma prévu est celui d’une concession sur trente ans, durée au terme de laquelle les installations seront rétrocédées à la ville. D’un autre côté, l’exploitation se doit d’être affinée au plus juste vu qu’aucune subvention n’est prévue. Le nom de l’exploitation ne sera connu que vers mars 2014.

     

    De notre correspondant Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc