×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Gouvernement/Représentativité féminine
«On ne peut plus invoquer le manque de compétences»

Par L'Economiste | Edition N°:4111 Le 12/09/2013 | Partager

Pour Khadija Rebbah, présidente de l’Association démocratique des femmes du Maroc, «la réservation du tiers des portefeuilles aux femmes est le seul moyen de garantir une masse critique à même de créer un changement»

Selon Khadija Rebbah, présidente de l’ADFM, ces compétences sont présentes notamment dans les bureaux politiques des partis, où elles représentent 30%. Mais elle déplore que les négociations sur le nouveau gouvernement aient marginalisé cette question.

 

- L’Economiste: La dernière sortie de l’ADFM a critiqué les positions du gouvernement opposées au processus de la parité. De quoi s’agit-il concrètement?

- Khadija Rebbah: Il s’agit notamment du non-respect de plusieurs principes constitutionnels, comme celui de la démocratie participative. Plusieurs associations féministes ont été écartées du dialogue national sur la société civile. Nous étions également à l’origine de la proposition relative à la création de l’Instance de parité et de lutte contre la discrimination. Or, au moment où le gouvernement devait accélérer la mise en place de cette instance, afin qu’elle puisse se prononcer sur toutes les questions liées à la parité, nous avons constaté que la ministre Bassima Hakkaoui a ignoré les propositions des associations, et a créé une commission scientifique sans les impliquer.

- Le manque de compétences féminines, mis en avant par le chef du gouvernement, pourrait-il encore empêcher le renforcement de la présence de femmes dans la nouvelle composition?
- Abdelilah Benkirane avait déclaré à l’époque qu’il s’agissait d’une erreur involontaire. Cependant, nous déplorons que les consultations pour la formation de la nouvelle majorité aient porté sur plusieurs dossiers, à l’exception de la représentation des femmes. Nous regrettons le manque de communication du chef du gouvernement autour de ce sujet. Ce que nous avons entendu à ce jour porte sur la possibilité d’accorder des portefeuilles à certaines femmes. Or, il s’agit d’une question de principe et non pas de noms ministrables. D’autant plus que Benkirane ne peut plus avoir recours à l’argument du manque de compétence, qui n’a pas de sens. Car, nous retrouvons des femmes dans différents postes de responsabilité. Elles représentent aussi entre 25 à 30% des membres des bureaux politiques de plusieurs formations.
- Vous insistez sur l’importance de la représentativité numérique des femmes au sein du gouvernement comme condition de la réussite du processus de la parité. Comment cela va se décliner?
- Dans toutes les démocraties, cette question passe par la mise en place d’un quota, généralement à hauteur du tiers. Car, il s’agit de garantir une masse critique capable de créer un changement. Surtout qu’on ne peut pas juger l’impact de la participation des femmes au gouvernement si on se contente d’ajouter une ou deux autres ministres.


Propos recueillis par Mohamed Ali MRABI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc