×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 192.132 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 240.532 articles (chiffres relevés le 3/6 sur google analytics)
Economie

Une «classe affaires» dans les cars!

Par L'Economiste | Edition N°:4083 Le 26/07/2013 | Partager
Seuls les véhicules de 30 à 35 places seront autorisés
Mais l’agrément reste obligatoire

FAUX départ pour la libéralisation du transport de voyageurs. Le ministère de l’Equipement et du Transport vient d’autoriser l’exploitation d’une nouvelle catégorie de transport dite de luxe, réservée aux seuls titulaires d’agréments. Dans la version initiale, il était question d’ouvrir cette niche à tout investisseur. Le concept consiste à créer une sorte de classe affaires dans le transport routier de voyageurs. Spécialement paramétrés, les autocars en exploitation seront d’une capacité de 30 à 35 places, avec dossier inclinable, des prestations à bord (café, eau, presse, écran TV par passager…) Les véhicules, qui devront circuler sur le réseau autoroutier ne seront pas en concurrence frontale avec l’offre actuelle. La tutelle a imposé l’application d’une tarification supérieure au moins de 20% à celle des autres catégories. Un aller simple Casablanca-Oujda, par exemple, pourrait coûter autour de 200 dirhams, en fonction de la nature des prestations offertes.
Le nouveau produit est destiné à une clientèle qui a un pouvoir d’achat supérieur à celui des clients du transport des autres catégories. Pour l’heure, deux sociétés sont déjà intéressées par cette niche : Transport Ghazala et Supratour, filiale de l’ONCF.
A l’origine, Aziz Rabbah, ministre de tutelle, voulait marquer une rupture avec le système des agréments. L’objectif était d’ouvrir l’activité à de nouveaux investisseurs via l’affectation de nouvelles lignes sur appel d’offres. Ce qui a suscité l’ire des opérateurs qui craignaient de perdre leurs privilèges. La grève qui s’en est suivie au mois d’octobre dernier a obligé Rabbah à faire marche arrière. La nouvelle mouture consiste à autoriser les opérateurs déjà titulaires d’une autorisation à déclasser la catégorie de leurs agréments pour passer de la série A (+39 places) à la série C (-39 places). Du coup, l’entreprise ne pourra plus utiliser que des autocars de 30 à 35 places sur la ligne concernée. De plus, l’opérateur est tenu de respecter l’horaire, la destination et l’itinéraire fixés dans l’agrément.
«Nous sommes intéressés par ce produit, mais le manque de flexibilité des horaires de départ et d’arrivée et l’obligation de déclassement de l’autorisation réduisent l’attractivité du transport Confort Plus pour l’investisseur», explique Fouad El Ayoubi, président de Transports El Ayoubi. Ces deux points, entre autres, devaient d’ailleurs être discutés avec le ministère lors d’une réunion prévue, jeudi 25 juillet. Il est certain que la suppression des agréments n’est pas à l’ordre du jour pour la nouvelle catégorie de transport. «Jusqu’à présent, la seule avancée enregistrée dans le secteur du transport porte sur le gel des agréments», explique un opérateur. Par conséquent, pour commercialiser le produit Confort Plus, il faut obligatoirement être titulaire d’un agrément ou en louer un ou encore acquérir une entreprise déjà opérationnelle.

Risque de substitution

IL y a quelques années, les autocars comportaient plus de 50 places, disposées à raison de 5 par rangée. Des opérateurs ont ensuite décidé de monter en gamme en introduisant de nouveaux véhicules, plus confortables, avec deux quatre sièges par rangée. Mais avec le temps, ce produit est devenu la règle puisqu’il a supplanté les véhicules ancienne génération. Les opérateurs économiques estiment que le risque est réel pour que Confort Plus se substitue à son tour aux autres catégories de transport.

Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc