×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Des Subsahariens interdits de location!

Par L'Economiste | Edition N°:4082 Le 25/07/2013 | Partager

- Scandaleux!
Aller jusqu’à afficher des pancartes et interdire la location à des Subsahariens est vraiment un acte scandaleux. C’est du racisme, de la xénophobie, voire de l’apartheid qui sont condamnables. Dans un pays européen, cela aurait fait l’objet de scandale national, voire de poursuites judiciaires. Ici, personne ne s’en préoccupe. Ce qui renseigne sur la banalisation de ces comportements racistes qui prennent des proportions inquiétantes. L’Etat doit se mobiliser d’urgence et traiter ces délits avec le plus de fermeté possible. Sinon, tous les dérapages restent possibles sur les droits de l’homme et des réfugiés. 
A. M.

- Les autorités doivent intervenir
Je pense que les autorités locales doivent intervenir afin de poser et identifier les causes qui poussent les gens à ne pas accepter de louer leurs appartements pour pouvoir comprendre la situation et trouver les solutions adéquates à ce problème.
Y. O.

- Statut clandestin
Tapage nocturne, loyer impayé, sous-location à d’autres Subsahariens, destruction du local, agressions collectives … Les problèmes dont souffrent ceux qui louent à cette tranche de population dissuadent les autres propriétaires. Et le pire,  c’est qu’on ne peut porter plainte vu le statut clandestin de la majorité d’entre eux.
F. L.

- Procès d’intention
Faut-il stigmatiser tout le monde parce que certains ont une réputation de mauvais payeurs ou font trop de tapage?  On refuse aussi de louer aux célibataires pour soi-disant leurs mœurs légères… Arrêtons de faire des procès d’intention. Chacun, quelles que soient ses origines ou ses croyances, doit avoir droit à un habitat décent. Je ne pense pas que ce soit une question de racisme, mais plutôt de méfiance à l’égard de l’étranger et ses coutumes. Les Marocains doivent réapprendre à vivre avec des gens différents d’eux, les valeurs de tolérance et de cohabitation, qui ont toujours prévalu dans notre pays, doivent impérativement revenir. Si rien n’est fait aujourd’hui, cette forme de «racisme» risque de prendre des proportions beaucoup plus grandes.
M. M.

 

                                                                                                                    

Si les élections pouvaient changer quelque chose…

Notre pays, après le referendum sur la Constitution et les élections de l’hiver 2011, croyait s’en être sorti par le haut et dans la rapidité. Mais 18 mois plus tard, notre économie souffre d’une atonie certaine, la confiance des investisseurs s’effiloche chaque jour un peu plus. Les particuliers sont écrasés par des hausses de prix qui pénalisent leur pouvoir d’achat, les banques souffrent à la fois d’un niveau d’impayés jamais égalé, mais aussi d’un manque flagrant de dépôts auprès d’elles, vu les saisies-arrêts sur compte opérées par le fisc. Sans le mastodonte qu’est l’OCP et ses belles performances à l’export, sans Renault-Tanger et l’aéronautique, notre commerce extérieur serait dans un piteux état. Ajoutons les dons et aides des pays du Golfe. Tout cela nous permet de couvrir seulement 3 mois d’importations, malgré une sensible baisse des importations d’hydrocarbures et de gaz. Dans ce contexte de marasme, à quoi riment ces querelles byzantines d’un autre âge? A rien d’autre qu’à dégoûter les électeurs de toute envie d’aller voter et encore moins à suivre une campagne électorale qui coûtera au bas mot 500 millions de dollars, comme si nous étions assez riches pour nous permettre ce genre de dépenses, alors que le rapport de Bank Al-Maghrib est plus qu’alarmant. Enfin, n’oublions pas cet agenda très chargé: Aid al Fitr, les congés, la rentrée scolaire, Aid al Adha… Où loger ces élections qui vont reproduire les mêmes résultats. Benkirane a la cote même s’il augmente le prix de la baguette, celui de la bonbonne de gaz et réussit la réforme de la compensation. Confions à Mezzouar les finances et le commerce extérieur pour redonner du souffle à notre économie. Laissons à Chabat le beau rôle de l’opposant, mais il devra lui aussi présenter un plan sérieux et ne plus nous jouer la partition du syndicaliste. Pour le moment, c’est l’image du Maroc qui souffre, pas les politiques.
B. H.

                                                                                                                

Agadir envahie par les dromadaires

Suite à votre article sur «Agadir envahie par les dromadaires», je tiens tout d’abord à vous féliciter d’avoir abordé un thème resté depuis longtemps comme un tabou alors qu’il se pose aujourd’hui avec acuité, voire même considéré par certains ruraux de Souss Massa comme vital. Ceci dit, l’article est resté superficiel et n’a pas relaté en profondeur les sources de ce fléau.
En fait, la transhumance existe depuis longtemps et elle est même régie par des accords coutumiers entre les populations du Souss Massa et les transhumants, dans le cadre d’un respect mutuel garantissant les droits à chaque partie. Seulement, ces dernières années, le constat est que des troupes de dromadaires envahissent par centaines la cité. Pensez-vous que ce pullulement a pour origine de simples pauvres transhumants?
Pas du tout, le problème, tout le monde le sait sur place, est dû à une génération d’hommes d’affaires (on parle même de hauts gradés!) qui profitent de l’absence de réglementation pour créer ce désordre, et en tirer d’énormes bénéfices. Donc, il est très difficile de trouver une solution si cette main invisible n’est pas contrecarrée par tous les moyens. A commencer par la publication sur internet de la liste des propriétaires de ces dromadaires, comme ce fut le cas des agréments de taxis et des carrières.
A.E

                                                                                               

 

- La très mauvaise télé du Ramadan
Quand j’ai regardé le sketch de la camera cachée mettant en scène un jeune en train de casser une voiture, je me suis dit qu’on était dans un monde de fous. Comme scène «éducative», on ne pouvait faire mieux, ou plutôt il fallait y ajouter un tabassage d’agent de sécurité pour faire plus vrai que nature. Un autre sketch, tout aussi hilarant, s’est passé dans un hall d’immeuble avec des scènes scabreuses et sans queue ni tête. Faut-il croire que les producteurs, réalisateurs, metteurs en scène manquent à ce point d’imagination, de décors simples mais réussis, de nouveaux acteurs que ces éternels squatteurs que l’on retrouve systématiquement sur les pubs qui suivent? Mais où est passée l’imagination? Pourquoi des thèmes socio-éducatifs, historiques, des thèmes audacieux sur la jeunesse, la femme, ne sont pas mis à l’honneur? Sommes-nous ridicules à ce point ? Quand les TV syriennes, libanaises et turques ont fait des pas de géant? Nos universités littéraires, notre riche patrimoine ne contiennent plus aucune source d’inspiration? Pourquoi ne pas lancer en cours d’année des concours littéraires sur les sit-coms, les pièces de théâtre autres que sur l’éternel «aroubi», l’immigré sur le retour? What a shame que de regarder toutes ces télés aussi ringardes les unes que les autres.
B. H.

- Le patrimoine casablancais
Casablanca est la ville de tous les contrastes, elle a connu un développement anarchique, depuis les années 60. A l’époque, il n’y avait ni agence urbaine ni plan d’aménagement, ni schéma directeur. Après le départ des Français dans les années 50 et 60 et celui des Juifs dans les années 60 et 70, il y a eu des dérapages énormes (expropriations massives, falsifications intenses, détournements abusifs...). Malgré l’existence de la Conservation foncière depuis 1913, le risque de problèmes était monnaie courante.
R. B.

- Les mendiants envahissent nos rues
Dites-moi combien sont-ils ces mendiants de toutes sortes et tout âge Mme Hakkaoui? Que faites-vous pour au moins réduire ce phénomène qui envahit notre pays, nos villes et nos campagnes? En plus des aveugles, des handicapés physiques, des femmes vieilles et en excellente santé, des hommes âgés et d’autres en excellente santé, il y a un autre phénomène propre a cette période: celui des élèves en vacances qui se transforment tous en gardiens de voitures! Peut-on trouver des solutions ou faut-il ne plus aller aux mosquées pendant ce mois? Il faut ajouter les Syriens qui exhibent leur passeport et les Africains en transit. La Zakat peut-elle être la solution?
M. C.

- Thèses en co-tutelle
Je réagis à propos de l’article paru le 19 juillet 2013 page 11, intitulé: Impayés: Pourquoi le Maroc croule sous le contentieux, avec un encadré «Thèses en co-tutelle». Dans cet article on présente l’encadrement en co-tutelle comme une première au Maroc. Je me permets de vous rappeler que plusieurs thèses dans le genre ont été soutenues au Maroc depuis quelques années déjà et que la soutenance au Maroc est obligatoire pour pouvoir délivrer le diplôme.
Pr Lkhider Mustapha, doyen de la faculté des sciences et techniques - Mohammedia


- Indifférence générale
Finalement le départ du parti de l’Istiqlal du gouvernement se passe dans l’indifférence générale des populations marocaines et tant mieux! Seules les classes politico- politiciennes suivent l’événement! Un parti qui part, un autre qui entre sans beaucoup de difficultés au nom bien sûr de l’intérêt général! Mon œil! La bagarre des ministrables du RNI bat son plein ! Et l’UC veut être de ce gouvernement ! Y a-t-il des places pour tout ce monde ! Au nom de l’intérêt primordial du pays !
M. C.

- Consommer marocain
Essayer d’acheter un polo de qualité made in Morocco ou un pantalon de qualité fabriqué (tissu + façon) made in Morocco ! Difficile encore, voire impossible! Essayer de trouver des tissus pour caftans made in Morocco! Tous les tissus en soierie et consorts viennent de Turquie ou de Chine, ou encore de Corée! A part les souliers et encore! Même les sous-vêtements sont importés! Alors prétendre que l’industrie textile marocaine est prospère est un contresens! o
M. C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc