×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Souss-Massa-Draâ: Trop de sangliers

    Par L'Economiste | Edition N°:3957 Le 30/01/2013 | Partager
    302 points noirs dans le Maroc, 75 dans le Souss-Massa-Draâ
    317 battues prévues dans la région, dont 90 à Taroudant
    El Hafi lance la stratégie nationale et ouvre le bal

    Une battue d’une quarantaine de personnes n’a pu venir à bout que de 7 sangliers. Désormais, selon la nouvelle stratégie lancée par le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts, la chasse au sanglier est autorisée tous les jours en période de chasse (sauf le vendredi) afin de venir à bout de cet animal qui ravage les cultures vivrières dans la région et à travers tout le Maroc

    LA chasse par nécessité. C’est ainsi que peut être qualifiée la battue de sanglier qui a été organisée lundi dernier au Domaine El Boura, Commune Rurale Ouled Aissa dans la Province de Taroudant. Dans ces zones rurales, l’agriculture vivrière constitue la principale source de revenus des populations locales. Or, la surpopulation du sanglier affecte les productions agricoles. Les agriculteurs n’ont donc eu de cesse de lancer des appels pour que la situation soit redressée. En effet, les effectifs de sangliers ont connu ces dernières décennies une augmentation remarquable conduisant à une surpopulation et causant des dégâts significatifs aux cultures agricoles et aux plantations avoisinantes. Raison pour laquelle le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD) organise des battues, dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie relative à la maîtrise de la surpopulation de cet animal destructeur, responsable aussi de nombreux accidents de la circulation. «La recherche de solutions appropriées et adaptées aux spécificités de chaque région est devenue une urgence à laquelle notre département accorde un intérêt particulier», explique Abdeladim El Hafi, Haut Commissaire aux Eaux et Forêts. L’objectif est d’assurer la maîtrise de la dynamique des populations de sangliers en impliquant les acteurs concernés en vue de l’efficacité des actions et de leur rendement. Il faut préciser que sur les 302 points noirs identifiés au niveau national, 75 se trouvent dans la région de Souss-Massa-Draâ. Ce qui représente 25% pour lesquelles près de 317 battues sont programmées pour un budget de 1,6 million de DH. A elle seule, la Province de Taroudant compte 30 zones «infestées» pour lesquelles 90 battues sont prévues. L’enveloppe budgétaire allouée à cette opération est de 445.000 DH. Comparativement, en 2012, seulement 36 battues ont été organisées dans la Province. «La finalité c’est de préserver la faune et le patrimoine cynégétique de même que les intérêts des agriculteurs, souligne Abdelmalek Laraïchi, chasseur depuis près de 50 ans. «Il serait aussi possible d’exploiter cette chasse dans le cadre de programmes touristiques, a-t-il noté.
    Pour rappel, l’opération de régulation a été lancée ce 28 janvier par El Hafi, en présence de Abdessamad Kayouh, ministre de l’Artisanat et président du Conseil Provincial de Taroudant et Fouad M’Hamdi, gouverneur de La Province de Taroudant. D’autres personnalités ont également participé à cette battue, notamment, Ali Kayouh, Président la Chambre d’agriculture de la Région SMD,   Abdelmalek Laraïchi, Président de l’Association des Organisateurs de Chasse et de pêche touristiques du Maroc, en plus de quelques journalistes chasseurs.

    Cartographie et autorisation

    UNE cartographie délimitant les zones affectées par les dégâts liés à la pullulation des sangliers sur tout le territoire national a été élaborée par le HCEFLCD et un programme prévisionnel des battues est arrêté au titre de la saison 2012/2013 au niveau des zones considérées comme «points noirs». Cette cartographie sert de base de données et permet au Haut Commissariat de mener la campagne de battue du sanglier. La journée de lundi dernier a permis la présentation de la stratégie au niveau de la région de Souss Massa Draâ et au niveau national. Désormais, la chasse au sanglier est autorisée tous les jours en période de chasse sauf le vendredi pour les nationaux et étrangers résidents.

    De notre correspondante, Fatiha Nakhli

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc