×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    «Encore beaucoup à faire pour changer le regard»
    Entretien avec Amina Slaoui, vice-présidente de l’AMH

    Par L'Economiste | Edition N°:3898 Le 30/10/2012 | Partager
    3 enfants handicapés sur 10 vont à l’école
    Secteurs qui recrutent: centres d’appels, comptabilité, secrétariat, confection

    Amina Slaoui est vice-présidente de l’Amicale marocaine des handicapés (AMH) depuis 1994. Les actions ponctuelles en faveur des handicapés lui paraissant insuffisantes, elle ambitionne de mettre au point une véritable stratégie de réinsertion sociale

    - L’Economiste: Quelles sont les actions concrètes de l'AMH pour l'insertion professionnelle des handicapés?
    - Amina Slaoui: L’accompagnement que nous réalisons à travers notre service d’insertion professionnelle consiste à:
    -  coacher les jeunes à travers des ateliers de formation (rédaction de CV, lettre de motivation, entretien d’embauche…);
    - prospecter les entreprises en les sensibilisant sur la problématique de l’employabilité des personnes en situation de handicap;
    - gérer les offres d’emploi et assurer l’intermédiation entre les bénéficiaires  et les entreprises.
    En 2011, 100 jeunes adhérents ont ainsi participé à ces ateliers, à l’issue desquels 37 d’entre eux ont pu être réinsérés: 17 personnes ont trouvé un emploi dans le secteur public ou privé  alors que les 20 autres ont bénéficié d’un soutien financier et d’un appui technique de l’AMH pour le montage d’activités génératrices de revenus.C’est très peu comme vous pouvez le constater. Il y a encore beaucoup à faire pour changer le regard que porte notre société sur le handicap. Ce qui se traduit par la faible employabilité des personnes en situation de handicap malgré tous les efforts que nous avons consentis depuis 20 ans.

    - Quels sont les secteurs qui recrutent le plus?
    - Seuls 11,7% des personnes handicapées exercent un emploi. Il est clair que le handicap est un facteur extrêmement discriminant sur le marché du travail. Parmi les secteurs qui recrutent le plus, on peut citer les centres d’appels, la comptabilité, le secrétariat, la confection. Pour les personnes handicapées, l'exercice d'une activité professionnelle représente non seulement un facteur important de survie, mais aussi de reconnaissance au sein de la famille et de la communauté. Or, 75% des personnes en situation de handicap âgées de plus de 15 ans déclarent qu’il leur est impossible d’exercer un emploi ou une activité professionnelle. Ce qui est tout à fait compréhensible quand on sait que seuls 3 enfants handicapés sur 10 vont à l’école (l’accès à l’éducation est  ainsi 3 fois inférieur au taux national).

    - Avez-vous conclu des partenariats dans le but de faciliter cette insertion?
    - Nous avons développé de nombreux partenariats avec des organismes privés ou publics, notamment l' OFPPT, l'Anapec, la CGEM, le CJD et l’INDH. Nous menons beaucoup d'actions dans ce sens, mais cela reste insuffisant.
    Propos recueillis par
    A. I.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc