×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    3 questions à Mohammed Haitami

    Par L'Economiste | Edition N°:3723 Le 20/02/2012 | Partager

    Mohammed Haitami  est responsable des services financiers spécialisés à Attijariwafa bank
     

    - L’Economiste: Quel premier bilan faites-vous pour Dar Assafaa après 18 mois d’activité?
    - Mohammed Haitami: Le bilan de Dar Assafaa est satisfaisant. Nous avons débuté en 2010 par une offre de produits de financement sous forme de Mourabaha aussi bien pour les biens de consommation que pour la partie logement. Depuis juin 2011 nous collectons l’épargne. Aujourd’hui, il y a une réflexion qui est menée pour étendre les activités de Dar Assafaa à d’autres produits. Nous réfléchissons aux différentes possibilités pour répondre à de nouvelles demandes.

    - Quel est aujourd’hui le niveau des montants collectés par Dar Assafaa?
    - Les dépôts sont assez consistants. Ils correspondent au business plan tel qu’il a été conçu au départ. Les fonds collectés aujourd’hui sont sous couvert d’Attijariwafa bank puisque Dar Assafaa est une société de financement et l’agrément a été accordé dans ces conditions-là.

    - Comment expliquez-vous la baisse de l’encours global des produits alternatifs en 2011?
    - Il est en hausse au niveau de Dar Assafaa. Nous détenons près de la moitié de l’encours global. Mais au niveau du marché, l’engouement du début ne s’est pas poursuivi dans le temps. Il n’y avait pas un effet de renouvellement chez les autres intervenants du marché.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc