×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Visas Schengen: Une base de données communes pour 2007

Par L'Economiste | Edition N°:1936 Le 12/01/2005 | Partager

. Objectif: Lutter contre l’immigration illégale et la fraudeLa Commission européenne a présenté le 7 janvier son projet de création d’une base européenne de visas, qu’elle espère lancer en 2007 avec l’objectif d’en faire un des principaux instruments de lutte contre l’immigration illégale.Le système d’information sur les visas (VIS) sera une base informatique centrale reliée à des point nationaux qui recenseront les visas accordés ou refusés par les quelque 3.500 postes consulaires des Etats membres de l’espace Schengen.Un consulat sera ainsi informé en temps réel des précédentes requêtes effectuées par le demandeur de visa, qui ne pourra plus multiplier ses chances en déposant plusieurs demandes auprès de consulats différents.Jan de Ceuster, un des responsables du projet, assure que le VIS ne servira pas seulement à lutter contre l’immigration illégale et la fraude, mais facilitera également la vie des «voyageurs de bonne foi» en accélérant la délivrance des visas par des vérifications plus rapides.Aujourd’hui, les ressortissants de 134 pays tiers doivent demander un visa pour venir dans l’espace Schengen. 25% de ces demandes de visas, qui étaient de 12 millions en 2001 et sont estimées à 20 millions par an à partir de 2007, font l’objet d’un refus.La Commission propose donc de stocker les données biométriques des demandeurs uniquement au sein du VIS, ce qui implique que les étrangers munis de visas voient leurs empreintes digitales prises à leur arrivée aux frontières de l’UE, comme cela se fait maintenant aux Etats-Unis, pour pouvoir être comparés à celles du VIS.Le coût de ce système d’information a été chiffré à 153 millions d’euros d’ici 2013, sans compter l’adaptation informatique nécessaire au sein de chaque Etat membre. «Au total, le coût sera de deux à trois euros par visa», a expliqué Franck Paul, en charge du projet technique.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc