×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    UMA: Tripoli dénonce des violations de la charte

    Par L'Economiste | Edition N°:1914 Le 10/12/2004 | Partager

    . Elle le fait savoir via son retrait de la présidence de l’OrganisationLa Libye, actuelle présidente de l’Union du Maghreb arabe (UMA), a annoncé le 8 décembre sa décision d’abandonner cette présidence, reprochant à certains membres de l’Union de violer sa charte. «Nous allons abandonner la présidence de l’UMA en raison de sa paralysie et du non-respect de la charte par certains membres» de cette organisation, dont le dernier sommet remonte à 1994, écrit le ministère des Affaires étrangères libyen dans un communiqué. Créée en 1989, l’UMA regroupe le Maroc, l’Algérie, la Libye, la Mauritanie et la Tunisie. Il cite comme violation de la charte de l’UMA «l’établissement par la Mauritanie de relations diplomatiques avec Israël, la coopération militaire de certains pays membres de l’UMA avec des pays étrangers, notamment leur participation à des exercices militaires qui nuisent à la sécurité de ce groupe». Il rappelle que les partenaires maghrébins de la Libye avaient appliqué les sanctions décidées à son encontre dans le cadre de l’affaire Lockerbie, qui a connu un règlement en 2003. Parmi les autres griefs, le communiqué indique en outre qu’une commission d’enquête de l’UMA, que les autorités libyennes avaient réclamée après les récentes accusations mauritaniennes impliquant Tripoli dans un putsch en Mauritanie, n’a pas été mise sur pied.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc