×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Le dollar reprend des couleurs à l’approche des fêtes

    Par L'Economiste | Edition N°:1914 Le 10/12/2004 | Partager

    . Il s’est apprécié de 2,1% en deux jours. Suspension de l’envolée de l’euro au moins jusqu’à début 2005Le dollar poursuivait jeudi matin son retour en grâce sur le marché des changes, les investisseurs prenant leurs bénéfices avant la fin de l’année et commençant à évoquer une suspension de l’envolée de l’euro au moins jusqu’à début 2005.Depuis qu’elle est tombée à son plus bas historique face à l’euro mardi, la devise américaine est entrée dans une phase de vif rebond face aux principales monnaies.Elle est ainsi passée en quelques heures de 1,346 dollar pour un euro à 1,319 dollar, soit une progression de 2,1% sur la journée de mercredi.L’euro s’est certes redressé pour valoir jeudi dans la matinée 1,330 dollar, mais la réaction des autres devises face au dollar incite les cambistes à s’interroger: “Est-ce déjà Noël pour le dollar?” L’embellie du dollar est en effet encore plus frappante face aux dollars canadien et australien, à la livre sterling et au yen qui ont en moyenne perdu près de 3% de leur valeur face au billet vert en deux jours à peine.“La violente correction à la hausse du dollar illustre le mouvement de repositionnement entrepris par les investisseurs après la chute régulière du billet vert depuis plusieurs semaines”, explique un analyste à Calyon.“Ils ont rééquilibré leurs positions largement à découvert en dollars et pris leurs bénéfices à l’approche de la fin de l’année”, poursuit cet économiste.. Statu quo monétaireL’événement qui a déclenché le repositionnement des intervenants sur le marché des changes a eu lieu mardi au Canada, où la banque centrale a décidé de laisser son taux d’intérêt inchangé, alors qu’un taux plus élevé accroît l’attractivité des placements pour les investisseurs étrangers.Dans la foulée, la Réserve fédérale australienne mercredi, puis la Réserve fédérale de Nouvelle-Zélande jeudi ont également opté pour le statu quo monétaire.Or, notent les économistes de la banque Standard Chartered, “les devises de ces pays figurent parmi celles qui ont enregistré les plus fortes progressions face au dollar ces trois derniers mois”.Elles ont donc eu les faveurs des investisseurs qui, ces dernières semaines, les avaient achetées en masse, avant de les revendre mercredi, leurs perspectives d’appréciation supplémentaire se volatilisant vu le statu quo monétaire décidé par les banques centrales respectives.Dans le même temps, les intervenants retrouvent des vertus aux actifs américains, et indirectement au dollar, à l’approche de la réunion du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine mardi prochain.La Fed devrait relever ses taux d’intérêt de 25 points de base alors qu’ils sont actuellement à 2%. Cette hausse du loyer de l’argent réduit le différentiel de rendement entre les Etats-Unis d’un côté et la Grande-Bretagne ou l’Australie de l’autre.(AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc