×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Palestine: Les rapports avec le Liban s’améliorent

    Par L'Economiste | Edition N°:1914 Le 10/12/2004 | Partager

    Les dirigeants palestiniens ont réclamé le 8 décembre l’ouverture d’une ambassade à Beyrouth pour donner un nouvel élan à l’amélioration de leurs relations avec le Liban, au lendemain d’une reprise du dialogue avec Damas. Nous sommes intéressés par le développement de relations avec le Liban frère, a déclaré le Premier ministre palestinien Ahmad Qoreï aux journalistes après un entretien avec le président du Parlement Nabih Berri.L’Autorité palestinienne n’a pas de représentation officielle ni en Syrie, ni au Liban, pays qui abritait l’OLP avant l’invasion israélienne de 1982. L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) maintient des bureaux à Damas, mais sa représentation au Liban demeure fermée depuis 1982.La visite de Qoreï, qui est accompagné du nouveau chef de l’OLP, Mahmoud Abbas, est la première du genre depuis le départ forcé du chef de l’OLP Yasser Arafat du pays du Cèdre en 1983 sous la pression de l’armée syrienne, dans le sillage de l’invasion israélienne. Après leur rencontre avec le président du Parlement, Abbas et Qoreï ont été reçus par le chef de l’Etat Emile Lahoud. Le Liban compte quelque 400.000 réfugiés palestiniens, qui vivent dans des conditions très précaires. A ce propos, Abbas a dit avoir entendu de bonnes nouvelles portant sur les mesures qui seront appliquées pour améliorer la situation des Palestiniens se référant à l’autorisation, la semaine dernière, de l’entrée de matériel de construction dans un camp du Liban sud, pour la première fois depuis 1985. Aussitôt après leur arrivée en provenance de Damas, Abbas et Qoreï se sont immédiatement rendus au cimetière des camps de Sabra et Chatila, à Beyrouth, et déposé des couronnes en hommage aux victimes des massacres qui s’étaient déroulés dans ces camps lors de l’invasion israélienne de 1982. D’autre part, les Etats-Unis ont débloqué le 8 décembre une aide de 20 millions de dollars pour aider l’Autorité palestinienne, en proie à de graves problèmes financiers, à résoudre ses difficultés budgétaires, a déclaré le sous-secrétaire d’Etat américain William Burns à Oslo. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc