×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Taux de crédit: Les banques rappelées à l’ordre

Par L'Economiste | Edition N°:1934 Le 07/01/2005 | Partager

. Une directive fixant des minima a été adressée à la profession. Il s’agit du second coup de semonce de Bank Al-Maghrib L’institut d’émission monte au créneau encore une fois pour mettre en garde les banques contre les pratiques préjudiciables concernant les taux d’intérêt débiteurs. Cette mise en garde vise essentiellement l’immobilier où ces pratiques sont jugées les plus courantes. Les banquiers dénoncent d’ailleurs une baisse anormale des taux ainsi que le manque de transparence de certains de leurs confrères. Une directive pour remettre les pendules à l’heure vient d’être adressée par Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib, aux banquiers. Elle est rentrée en vigueur le 1er janvier. Dans cette missive, le gouverneur rappelle sa lettre du 11 juillet 2003. Dans cette dernière, il avait tiré la sonnette d’alarme sur “les comportements préjudiciables à une saine compétition bancaire et les conséquences de taux d’intérêt anormalement bas sur les équilibres des institutions financières (www.leconomiste. com). Le ton de la seconde directive est sans équivoque. Les banques doivent accélérer le processus de mise en place de dispositifs leur permettant d’intégrer, pour la fixation des taux, tous les coûts afférents à leurs opérations de crédit, en sus de la rémunération des fonds propres. “Certaines banques, animées par le seul souci de défendre leurs parts de marché, distribuent des crédits à la clientèle à des taux qui sont parfois proches de ceux observés sur le marché interbancaire et ce, dans un contexte marqué par la baisse continue des marges”, signale le gouverneur. Il somme également les banques de déclarer, dorénavant, à la direction de la Supervision bancaire, le volume, la nature ainsi que les conditions des concours nouvellement octroyés quelles qu’en soient la monnaie ou la contrepartie. Cela devient obligatoire dès lors que ces coucours seraient assortis de taux d’intérêt inférieurs aux taux de référence cités dans cette lettre de juillet 2003 majorés de 100 points de base pour les crédits consentis aux établissements de crédit (à l’exception des opérations interbancaires). Les crédits couverts par la garantie de l’Etat, de la Caisse centrale de garantie ou des fonds de garantie marocains rentrent aussi dans cette catégorie. La majoration est de 150 points base pour les autres crédits. Ainsi, le court terme est fixé à 4,25%, le moyen terme à 4,50% et le long terme à 6,86%. Il s’agit là des minima en dessous desquels les banques ne peuvent descendre. Et le coup de semonce n’est pas fini. Jouahri enjoint également les banques à plus de prudence et de rigueur en matière de communication sur les conditions de financement. Fédoua TOUNASSI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc