×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Marrakech PME/PMI
    Partenariat entre le CRI et la fondation BP

    Par L'Economiste | Edition N°:1921 Le 21/12/2004 | Partager

    . Le groupe Banque Populaire achève ainsi sa série de journées économiques C’est à Marrakech que le groupe Banque populaire a achevé sa série de journées économiques entamée il y a plusieurs mois. Trois objectifs derrière cela : jouer la carte de la proximité, asseoir la nouvelle image que veut donner le groupe et enfin se rapprocher des acteurs déjà impliqués dans le développement de leur région.L’étape de Marrakech se devait d’identifier les freins et tenter de relancer l’investissement dans la cité ocre. Ainsi, une convention de partenariat entre la Fondation BP pour la création d’entreprises et le CRI (centre régional d’investissement) de Marrakech a été conclue. Il s’agit, entre autres, de mettre en commun les atouts des deux partenaires pour la re-dynamisation de l’économie régionale. Plus concrètement, le CRI devra intervenir à travers l’allégement des formalités administratives et la Fondation BP via la formation, l’assistance des porteurs de projets ainsi que les mesures d’accompagnement. Ce sera la mission du Comité régional pour la création de l’entreprise né lors de ces journées. Pour une meilleure efficience, siégeront dans ce comité aussi bien les responsables de la BP Marrakech-Beni Mellal que les acteurs régionaux à l’instar de l’OFPPT, la chambre de commerce…C’était donc la dernière étape d’une série de 11 rencontres programmées par les Banques Populaires régionales, étalées sur toute l’année 2004 et présidées par Nourredine Omary.  La rencontre de vendredi dernier à Marrakech n’a pas dérogé à la règle. “Il faudra relayer la politique de mise à niveau et relancer l’investissement au niveau régional à travers une action de proximité en direction des opérateurs”. Même message durant les ateliers qui ont été consacrés à l’assistance à la création d’entreprises et aux instruments de mise à niveau.  Les participants à la manifestation ont insisté sur les enjeux et les atouts de la capitale touristique, qui doit développer l’industrie, en parallèle au secteur phare qu’est le tourisme.Le président du directoire de la BP Marrakech-Beni Mellal, Mehdi Amrani Joutey, a de son côté rappelé l’implication de la Banque Populaire régionale dans le processus de mise à niveau et le financement des jeunes entrepreneurs, tout en insistant sur la nécessité de développer les autres facteurs de production. “Une zone industrielle commercialisée à 700 DH/m2 ne pourra pas encourager des industriels à investir dans la région ”, commente cet opérateur local. “L’investissement n’est pas uniquement lié à l’argent, mais aussi aux facteurs environnementaux”, insiste-t-il. “Le rôle du banquier dépasse celui d’un pourvoyeur d’argent. La banque devra jouer un rôle de conseil auprès des jeunes entrepreneurs”. C’est un objectif que se sont, d’ailleurs, fixés les responsables de la BP Marrakech-Beni Mellal. La part de marché de cette banque est en croissance et est aujourd’hui de 27%. Idem pour la part des crédits qui représentent 20%. Le réseau d’agences a également augmenté pour atteindre 22,9% de parts du marché. La dernière-née des agences, celle de Bab Doukkala, a été inaugurée lors de cette ultime étape de Marrakech.De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc