×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Irak: Nouvel attentat suicide à Bagdad

Par L'Economiste | Edition N°:1917 Le 15/12/2004 | Partager

. L’Etat irakien et Washington ont appelé l’Onu à la rescousse Un attentat à la voiture piégée, le deuxième en 24 heures, a secoué le centre de la capitale irakienne, alors que le gouvernement irakien et Washington ont appelé l’Onu à la rescousse pour aider à la préparation des élections du 30 janvier. Le nouvel attentat près de la “Zone verte”, le secteur ultraprotégé de la capitale irakienne, a fait un mort, un garde national, et douze blessés, selon les premières indications obtenues auprès de la Garde nationale et un hôpital, le 14 décembre. Selon des journalistes de l’AFP sur place, l’attentat s’est produit à l’entrée du Club Bagdad, centre de recrutement de la Garde nationale, soit à quelques dizaines de mètres du lieu de l’ attentat ayant fait sept morts et 19 blessés la veille.D’autre part, le chef d’état-major interarmées américain, le général Richard Myers, est arrivé hier dans la matinée en Irak pour sa quatrième visite dans ce pays depuis le début de l’année. Il s’est rendu sur une base militaire près de l’aéroport international de Bagdad, accompagné du comédien Robin Williams, d’une ex-star de football américain, John Elway, et du mannequin Leeann Tweeden.A 45 jours de la date prévue pour les élections générales, la violence redouble d’intensité et prend notamment pour cible des policiers et des gardes nationaux, appelés à protéger les bureaux de vote lors du scrutin. “Dans le temps limité qui reste d’ici aux élections, il est crucial que les Nations unies accroissent leur présence et intensifient leurs activités en Irak”, a déclaré le 12 décembre l’ambassadeur d’Irak à l’Onu, Samir Sumaydaï, devant le Conseil de sécurité. “L’expression ne doit pas devenir un leitmotiv pour justifier une présence insuffisante sur le terrain”, a-t-il ajouté, dans une critique de l’attitude onusienne. Pour rappel, l’Onu a fortement réduit sa présence en Irak après un attentat qui avait fait 22 morts contre son quartier général à Bagdad le 19 août 2003.L’ambassadeur américain, John Danforth, a lui aussi souhaité un accroissement de la présence de l’Onu en Irak. “Bien que la situation en matière de sécurité en Irak demeure difficile, l’augmentation du personnel de l’Onu et de son soutien est essentielle pour le processus de transition politique de l’Irak”, a-t-il déclaré.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc