×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès: Tension entre les élus et la wilaya

Par L'Economiste | Edition N°:1886 Le 29/10/2004 | Partager

. Lettres de protestation du maire au ministère de l’Intérieur et à “Diwane Al Madhalim”Les relations entre la mairie et la wilaya ne sont pas au beau fixe ces derniers temps. Tous les sujets sont devenus objets de désaccord. “Hélas, la capitale spirituelle plonge encore une fois dans une polémique, nous n’arrivons plus à travailler et c’est le citoyen qui en fait les frais”. C’est par ces termes que Hamid Chabat, président du Conseil de la ville de Fès, a exprimé, lors d’une réunion tenue en début de semaine au siège de la mairie son immense regret envers le comportement des autorités locales. La rencontre qui était consacrée aux travaux de la commission financière s’est transformée en une véritable séance de doléances. Durant les travaux de la plénière, tous les élus étaient unanimes à pointer du doigt la politique des autorités locales. “Certes, l’année 2004 a connu la relance de 180 festivals et moussems, le règlement des arriérés, l’activation de certains projets d’investissement et le lancement des travaux d’étude et de réalisation pour d’autres… Mais ces réalisations auraient pu être beaucoup plus importantes s’il n’y avait pas cette entrave à nos projets”, affirme Chabat. Et d’ajouter: “Lors de la préparation du budget 2004, la wilaya avait refusé la majorité des dossiers qui constituaient nos principales ressources à commencer par celui de la gare routière et de la gestion des parkings… Le non-aboutissement de ces deux projets représente un manque à gagner pour la mairie, de l’ordre de 20 millions de DH”. Chabat ne s’arrête pas là. Selon lui, ce n’est pas la seule anomalie. Outre l’absence de collaboration et ce même lors de grands événements, il affirme que la wilaya “applique sa propre loi, la loi de Fès, et non pas la loi du Royaume”. “Pourquoi les projets du Conseil ont été exclus des présentations et des inaugurations qui ont été programmées lors de la visite royale alors que des projets qui datent de plusieurs années y ont figuré?” déplore Chabat, qui n’hésite pas à qualifier cet acte “de mauvaise foi de la wilaya”. Le maire soulève par ailleurs les difficultés de l’investissement à Fès. “Comment voulez-vous que des investisseurs optent pour Fès sachant que la commission de dérogation ne s’est réunie qu’à deux reprises en 2004, à raison d’une fois chaque 6 mois. Ceux qui envisageaient d’investir ici ont déjà installé leurs usines ailleurs”, poursuit Chabat.Pour trancher dans cette affaire, Fès sollicite l’intervention de hauts responsables de l’Etat. Le Conseil de la ville a déjà envoyé une lettre au ministère de l’Intérieur “rendant compte de la situation de la ville de Fès et des problèmes et blocages dont elle souffre”. Une deuxième lettre a été envoyée à “Diwane Al Madhalim”. Les élus se disent prêts à organiser des sit-in si la situation est la même. Reste à signaler que le conseil se réunira aujourd’hui vendredi en session ordinaire.De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc