×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Automobile
    La restructuration de l’occasion se prépare

    Par L'Economiste | Edition N°:1911 Le 07/12/2004 | Partager

    . Sopriam intègre ce créneau dans sa stratégie de vente. Le démantèlement tarifaire conforte cette optionÇa bouge dans le marché de l’occasion. Sopriam, importateur exclusif des marques Peugeot et Citroën et qui revendique 30% du marché, a décidé d’intégrer ce segment dans sa stratégie de vente. «Notre approche consiste à considérer que la voiture d’occasion récente présente un fort potentiel de développement», a déclaré Jean-Martin Folz, président du directoire de PSA lors de l’inauguration du nouveau show-room de Sopriam, le 2 décembre (cf. www.leconomiste.com). «Autant le marché du neuf est très évolué au Maroc, autant l’occasion relativement neuf n’est pas bien structuré», ajoute-t-il. Le patron de PSA estime que Sopriam est à même de se positionner sur ce créneau et de le rendre plus professionnel.Ce positionnement se justifie par le démantèlement tarifaire inhérent à l’accord d’association Maroc-UE. A noter que la baisse des droits de douane pour les produits en provenance de l’UE a été enclenchée en 2003. L’accord prévoit une réduction annuelle de ces droits avant leur annulation en 2012. Ainsi, depuis mars 2003, les droits sur les véhicules importés de l’UE s’élèvent à 32,5%. Une baisse annuelle de 3% est programmée jusqu’en 2008. Sur la période allant de 2009 à 2012, elle devra passer à 15% par an jusqu’à l’annulation. Entre-temps, tout importateur du neuf peut intégrer l’importation de l’occasion. La garantie et le label du constructeur seront un argument commercial de taille, qui devra rassurer une clientèle au pouvoir d’achat souvent limité, estime un concessionnaire. Mais la grande inconnue reste la période transitoire avant d’arriver à 0% de droits de douane. Dans le milieu des revendeurs, l’on s’interroge sur le mode de taxation des véhicules importés. Appliquera-t-on le barème actuel ou se basera-t-on sur la valeur déclarative? A préciser que jusque-là, mis à part quelques concessionnaires comme Renault et Suzuki, des garagistes et à leur tête Master Auto qui se sont spécialisés dans ce créneau, ce type de transactions, largement dominé par des spéculateurs et autres intermédiaires informels, n’offre aucune garantie. Du coup, en cas d’arnaque, l’acheteur n’a aucune voie de recours. Des régions sont connues par la floraison de ce commerce informel. Il s’agit notamment de Khouribga, El Brouj ou encore Nador avec des modèles immatriculés à l’étranger ou dédouanés récemment. Selon les dernières estimations des professionnels de l’automobile, le parc roulant se situe entre 1,8 et 2 millions d’unités. Naturellement, ce sont les véhicules de tourisme qui occupent la part du lion avec 75% du parc global. Le reste est détenu par les utilitaires légers (VUL) avec quelque 500.000 unités. A préciser que le parc des voitures particulières a doublé durant ces dix dernières années, passant de 900.000 au début des années 90 à 1,8 million en 2002. Sur la même période, le parc a affiché un taux de croissance annuel de 5,8%.Cependant, souligne l’Amica, le taux de motorisation reste faible puisqu’il atteint à peine 60 à 65 véhicules pour 1.000 habitants. En Europe par exemple, la proportion est de 350 à 550/1.000 habitants. C’est dire qu’il existe un réel potentiel de développement du parc, déduisent les responsables de l’Amica. D’ailleurs, selon les simulations effectuées par le ministère du Commerce et de l’Industrie, le marché devrait dépasser les 100.000 véhicules à l’horizon 2010. Amin RBOUB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc