×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Alcool, tabac, boissons…: Ces produits qui ne connaissent pas la crise

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5923 Le 12/01/2021 | Partager
Les recettes de la TIC sur ces produits ont stagné à 1,95 milliard de DH
En revanche, la TVA sur les importations a enregistré une importante baisse
Un résultat qui s’explique par le repli des importations, notamment la facture énergétique

La consommation des boissons, principalement les alcools, n’a pas beaucoup pâti de l’impact négatif de la crise sanitaire. En témoignent les recettes générées par la taxe intérieure de consommation (TIC) qui ont stagné à 1,95 milliard de DH contre 1,94 milliard de DH l’année précédente.

boissons-022.jpg

La consommation des boissons, principalement les alcools, n’a pas beaucoup pâti de l’impact négatif de la crise sanitaire. Pour les boissons gazeuses et autres jus, la diminution s’explique par le recul de la consommation depuis ces dernières années, après avoir connu des hausses régulières à deux chiffres (Ph. L’Economiste)

Pour les boissons gazeuses et autres jus, la diminution s’explique par le recul de la consommation depuis ces dernières années, après avoir connu des hausses régulières à deux chiffres. Le recul de consommation est dû à la taxation basée sur le pourcentage du sucre présent dans les jus et boissons gazeuses intervenue dans les deux dernières lois de finances.

En revanche, la stagnation des recettes de la TIC sur les boissons alcoolisées, principalement les bières qui enregistrent régulièrement des hausses, est imputable à la fermeture des bars, des cabarets et autres boîtes de nuit depuis le déclenchement de la pandémie.

Les restaurants servant l’alcool ont connu l’année dernière une année chaotique marquée par des fermetures répétitives et des restrictions sanitaires. Autant de facteurs à l’origine de la stagnation du rendement de la TIC sur ces catégories de produits. Pour la douane, c’est tout de même un résultat encourageant puisque, malgré la crise, les rentrées de la TIC sur ces produits n’ont pas baissé. Il faut rappeler que la taxe est perçue en amont au moment de la production en usine, via le marquage fiscal.

alcool-022.jpg

En revanche, la crise sanitaire a pesé sur les recettes douanières de 2020. Les chiffres obtenus auprès de la douane indiquent que les recettes de la TVA à l’importation ont connu une régression notable puisqu’elle a généré 49,02 milliards de DH de recettes contre 56,07 milliards de DH en 2019. Une chute de 7 milliards de DH, attribuée à la régression des importations de 15,9% comme le confirment les chiffres 2020 de l’Office des changes.

La méforme de la TVA est liée à celle des importations de manière générale, principalement la diminution de la facture énergétique, corrélée à l’effondrement des cours moyens du pétrole depuis le début de la crise sanitaire. Ce qui se traduit par un manque à gagner en termes de TVA sur les produits énergétiques de 2,5 milliards de DH.

Les rentrées de la taxe intérieure de la consommation versée au budget général à fin décembre ont également été marquées par la baisse. A fin décembre, elles se sont élevées à 27,39 milliards de DH contre 29,9 milliards de DH pour 2019.

Le gap est imputable aux rentrées relatives à la TIC sur les produits pétroliers qui ont reculé à 14,41 milliards de DH contre 16,61 milliards de DH l’année précédente. Une baisse qui s’explique par le repli de la consommation des produits pétroliers pendant l’année 2020 en raison des contraintes du confinement et de la sous-utilisation des outils de production. L’instauration de l’état d’urgence et l’interdiction de circulation entre les villes a entraîné une faible consommation des carburants et par conséquent, les rentrées de la TIC.

                                                                  

TIC sur le tabac: Toujours en hausse

cigarette-022.jpg

Les ventes de produits du tabac ont généré des recettes de TIC de l’ordre de 11,02 milliards de DH contre 11,33 milliards de DH en 2019. En fait, il ne s’agit pas de recul des revenus de la TIC sur le tabac, car l’année écoulée, une régularisation de paiement de plus de 500 millions de DH sur une opération d’importation réalisée en 2018 a été opérée en 2019. Par conséquent, la neutralisation de ce montant indique qu’en 2020, les recettes de la TIC sur le tabac ont en réalité enregistré une légère hausse par rapport à 2019. Le montant encaissé l’année passée étant d’environ 10,7 milliards de DH.

Hassan EL ARIF

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc