×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Reportage

Pôle urbain de Mazagan: Un concept qui sort des sentiers battus

Par Amin RBOUB | Edition N°:5878 Le 04/11/2020 | Partager
Un cadre de vie idyllique à mi-chemin entre Azemmour et El Jadida
Un trait d’union entre deux villes qui s’étend sur 1.300 ha

Un havre de paix au vrai sens du terme! A environ 90 km au sud de Casablanca, un nouveau concept urbain est en train de sortir de terre. A mi-chemin entre les villes d’Azemmour et El Jadida (chef-lieu des Doukkala), une nouvelle expérience urbanistique est en gestation.

Niché en pleine forêt d’eucalyptus, le site s’étend sur 1.300 hectares au milieu d’arbustes centenaires, une réserve naturelle longue de 7 km qui s’étale sur 3,5 km de largeur. Nous sommes sur la route nationale (RN1), exactement à 5 km au nord d’El Jadida et à 2 km au sud d’Azemmour. Un emplacement exceptionnel qui donne sur l’océan (plage El Haouzia), non loin de la station balnéaire Mazagan, du Green du Pullman et au milieu la forêt avec un arrière-pays champêtre. Un paysage bucolique et idyllique vierge dans des conditions climatiques douces qui se prêtent à la randonnée et à l’évasion!

plan-situation-078.jpg

Une situation géographique exceptionnelle. A mi chemin entre deux villes majeures de la façade atlantique (Azemmour et El Jadida), non loin de Mazagan Resort et du Pullman, le site de PUMA est niché en pleine forêt. Il s’étend sur 1.300 ha et donne sur l’une des meilleures plages de la région (Source: SAEDM)

Le site s’appelle PUMA. Rien à voir avec le félin, encore moins la marque allemande d’articles de sport. Par PUMA, l’on entend Pôle urbain de Mazagan. Une appellation originale, très facile à mémoriser. La dénomination est une trouvaille de feue Zoulikha Nasri (ancienne conseillère du Roi). Plusieurs arguments plaident en faveur du choix de ce territoire d’une rare beauté censé accueillir une ville de nouvelle génération.

«Au delà de la situation géographique et du climat exceptionnels, c’est un site sain sur le plan topographique. Nous n’avons aucun problème d’expropriation, ni d’assainissement, ni bidonvilles, ni recasement... Il s’agit là d’un pré-requis favorable très important dès le départ. Plus encore, il est rare de trouver la disponibilité d’un espace aussi important en termes de superficie (1.300 ha)», fait valoir Karmi Laghmich, DG et chef de file de la Société d’aménagement et de développement de Mazagan (SAEDM).  Autres atouts et non des moindres: la proximité de deux centres urbains majeurs de la façade atlantique, dont l’un (Azemmour) a toujours été recroquevillé sur lui-même.

Et l’autre (El Jadida) qui est tournée complètement vers la zone industrielle de Jorf Lasfar. «Les deux villes ne dialoguent pas entre elles. De plus, elles tournent le dos au littoral», explique l’aménageur-développeur. Le nouveau pôle urbain servira donc de trait d’union qui relie les deux agglomérations. «C’est un pôle d’équilibre entre les deux villes», tient à préciser l’aménageur. Autre argument fort, le site retenu a l’avantage de la proximité (5 mn) de l’océan atlantique mais sans être vraiment dans l’océan. La société en charge du projet (SAEDM) a aménagé une route secondaire en pleine forêt qui relie le site à la plage.

Le tout sur fond d’une forte connectivité (route nationale en double voie, autoroute, voie ferroviaire qui longe le terrain, 45 mn de l’aéroport de Casablanca...). Plus encore, le pôle urbain accueille une gare ferroviaire.

Une situation géographique qui baigne dans la biodiversité. C’est très rare au Maroc d’avoir un site qui abrite à la fois la forêt, la plage, le sable et les champs agricoles à perte de vue. Mais comment construire une ville de 134.000 habitants sans dénaturer le site tout en évitant les multiples échecs répétés des villes nouvelles?

Une équation difficile certes compte tenu de la tentation de la composante immobilière. Tout le défi est là! «Dès l’amorçage du projet, nous avons de manière délibérée inversé la logique. Aucun bâtiment ne sort de terre tant que nous n’avons pas mis en place les infrastructures, les équipements, les voiries.. L’accent a dès le départ été mis sur les équipements. Mieux encore, nous avons mis en place des catalyseurs pour éviter les erreurs des villes nouvelles. Ces catalyseurs vont injecter de la dynamique, animer les quartiers et drainer de la vie», soutient le chef de file. Le pôle urbain  se décline en un chapelet de quatre villages urbains déployés de manière fluide sous forme d’éco-quartiers censés interagir autour de la notion de «centralités actives».

En fait, le site est réparti en quatre centralités (A, B, C et D). Chacune a sa propre vocation et thématique. «Même si chaque composante du puzzle a sa propre vocation, l’ensemble est conçu de façon à favoriser une mixité de fonctions et d’usages avec des possibilités multiples d’hybridations entre les territoires», insiste Laghmich.

Modèle australien

Pour favoriser les flux et la mobilité propre, un boulevard forestier de 7 km traverse l’ensemble de la ville. Une sorte de colonne vertébrale verte avec des pistes cyclables, du mobilier urbain, arbres, des espaces de repos. Tout autour s’imbriquent des coulées vertes avec des arbustes de différentes variétés et espèces, des bancs en bois, des sentiers, des espaces de détente...
«Au préalable, nous avons mené plusieurs benchmarks internationaux avec des modèles en France, Belgique, Hollande, Australie... Finalement, nous avons retenu un modèle australien, celui d’un pôle urbain situé dans la périphérie de Melbourne. Un concept avec peu de résidentiel, mais qui gravite autour des commerces, des hôtels, des écoles, l’administration, le balnéaire, les plans d’eau, les déplacements à vélo... C’est un modèle de pôle qui évolue en fonction des perspectives, du commerce , du bien être (well being) et du vivre ensemble», confie l’aménageur de PUMA.

                                                                                    

Un actionnariat solide

Ce type de projet gigantesque nécessite 30 ans de travaux. Mais la SAEDM s’engage à la réaliser dans des délais assez courts (2017-2034). Le pôle urbain de Mazagan pulvérise les records avec des indicateurs grandeur nature. En amont de 2013 à 2016, la société d’aménagement a finalisé l’acquisition des terrains ainsi que la composante études et conception. En 2017, le coup d’envoi a été donné aux travaux d’aménagement. L’investissement global est réparti comme suit: 5 milliards de DH pour l’aménagement et 7 milliards de DH pour la partie construction. Soit au total un budget de 13 milliards de DH. Ce projet d’envergure nationale est le fruit d’une joint-venture entre le Groupe OCP et la Direction des Domaines de l’Etat. Un actionnariat solide entre l’OCP et le ministère de l’Economie et des Finances avec des parts de participation respectives de 51 et 49%. La superficie globale s’étend sur 1.300 ha. 622 ha devront accueillir les différentes composantes du projet   A elles seules, les voiries principales se déploient sur 186 ha. La composante espaces verts s’offre 303 ha. La réserve foncière est de 180 ha. Les premiers acquéreurs vont s’installer en 2023.

Amin RBOUB

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc