×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les prisons tentent de «se réformer»

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5786 Le 19/06/2020 | Partager
Bonnes performances des systèmes de formation et d’emploi des détenus
Le nombre d’infractions au sein des établissements en baisse
La population carcérale continue de progresser
prisons-086.jpg

En plus des programmes de formation et d’emploi des détenus déjà opérationnels en 2019, une nouvelle niche a été exploitée par la DGAPR depuis quelques mois, notamment avec la mise en place d’unités de production des masques de protection, dans le cadre du dispositif de lutte contre le Covid-19 (Ph. Bziouat)

Surpeuplement, manque de personnel, vétusté de certains établissements, le système pénitentiaire souffre d’une série de contraintes. Une série d’actions ont été déployées pour favoriser un meilleur encadrement des détenus et pour l’amélioration des conditions de leur emprisonnement, comme cela ressort du dernier bilan annuel de la Délégation générale de l’administration pénitentiaire.

«Ce qui a permis de préserver certains acquis et de réaliser des avancées dans certains indicateurs», peut-on lire dans ce document. Dans les détails, le Maroc compte actuellement 77 établissements pénitentiaires, dont 65 centres locaux, 7 établissements agricoles et 2 prisons centrales. La population carcérale a atteint 86.384 personnes à fin décembre 2019, en hausse de 16,67% par rapport à 2015. Sur ce total, 33.689 personnes sont en détention provisoire, soit 39%.

                                                                                          

■ Plus de bacheliers en 2019
De plus en plus de détenus sont intéressés par les programmes d’enseignement au sein des prisons. Plus de 4.544 prisonniers ont bénéficié de ce système durant la saison 2018/2019, en légère hausse par rapport à l’année précédente. Parallèlement, 2.489 détenus ont eu accès aux séances de soutien scolaire organisées au sein des établissements pénitentiaires. Ce qui a permis, selon la DGAPR, d’améliorer le taux de réussite durant les examens finaux, avec 39% contre 25% la saison précédente, soit 1.059 détenus ayant obtenu leurs diplômes. Sur ce total, 366 personnes ont réussi à obtenir le diplôme du baccalauréat, en hausse de 10,24% par rapport à 2018/2019. Le taux de réussite est de 47%, soit plus que la moyenne des candidats du bac libre (41,1%).

■ La formation professionnelle séduit également
En plus du système d’éducation nationale, de plus en plus de détenus sont également séduits par les programmes de formation professionnelle déployés dans les prisons. La saison dernière, ces derniers pouvaient opter pour l’une des 42 filières au menu. Plus de 9.054 détenus ont bénéficié de ces formations, en plus de 76 prisonnières ayant intégré la filière textile, avec l’Entraide nationale, et 113 détenus ayant intégré celle de la pêche maritime, opérationnelle dans les prisons locales de Larache, Tanger et Al Hoceima. Au total, ce sont 9.916 candidats aux différents programmes de formation professionnelle, agricole et maritime en 2019, en hausse de 7,5% par rapport à l’année précédente. Parallèlement, des unités de formation dans les métiers d’artisanat ont été également lancées au niveau de plusieurs établissements, en partenariat avec le ministère du Tourisme et d’artisanat. 37 unités étaient opérationnelles durant la saison 2018/2019, ayant accueilli 880 détenus.

■ Opportunités d’emploi

prisons-2-086.jpg

Les programmes de formation dans différents métiers, y compris de l’industrie automobile, permettent aux détenus de disposer d’opportunités d’emploi au sein des prisons, avec des perspectives de réinsertion professionnelle et sociale après la libération. L’année dernière, 691 détenus ont été intégrés aux unités artisanales et techniques au sein des établissements pénitentiaires, soit 4 fois plus que l’année précédente. Cela concerne des métiers comme la menuiserie, le cuir, l’impression, le textile, la poterie, l’élevage… Depuis quelques mois, certains bénéficiaires de ces programmes ont été également intégrés dans le nouveaux projet de fabrication des masques de protection, dans le cadre du dispositif de lutte contre le Covid-19.

■ «Déradicalisation» et réconciliation
Le programme «Réconciliation» s’est poursuivi au niveau des établissements pénitentiaires durant l’année précédente. Destiné aux détenus impliqués dans des affaires de terrorisme et d’extrémisme, il vise à initier un processus de révision idéologique et de réconciliation avec la société. Deux sessions ont été organisées en 2019 au profit de 65 prisonniers. Une autre session a été dédiée à 10 détenues femmes. Au total, ce sont 75 personnes ayant bénéficié de cette opération contre une cinquantaine l’année d’avant. Parallèlement, d’autres actions d’encadrement religieux ont été déployées au profit de l’ensemble de la population carcérale, notamment avec des interventions de membres du ministère des Habous et des Affaires islamiques et du Conseil supérieur des oulémas. Plus de 53.660 détenus ont bénéficié des séances de prédication et 7.585 des cours d’apprentissage du coran.

■ Durcissement du contrôle

prisons-3-086.jpg

Les éléments de la DGAPR ont renforcé les opérations d’inspection et de contrôle au sein des prisons durant l’année dernière. Ce qui a permis de limiter certaines infractions. Par exemple, le nombre de cas de saisie de drogue chez les détenus a baissé de 2.742 à 1.269 cas entre 2015 et 2019. Idem pour les saisies des téléphones portables dans les cellules, ayant passé de 10.583 à 858 cas durant la même période. Cette baisse est expliquée par l’effet de la décision d’interdire les familles de ramener les paniers alimentaires lors des visites, en plus de la généralisation des outils électroniques de contrôle.

M.A.M.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc