×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Comment les prisons seront déconfinées

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5768 Le 26/05/2020 | Partager
La levée du confinement dans ces établissements prévue le 27 mai prochain
Rotation des équipes, limitation de la mobilité, mesures de la température… un dispositif spécial pour les fonctionnaires
Nouvelle organisation pour les visites, dont la reprise est prévue à partir de juillet

Ouarzazate, Ksar El Kébir, Oudaya… la multiplication des foyers de contamination dans les prisons constitue une véritable source de préoccupation. D’où l’importance de la mobilisation pour endiguer la propagation du virus au sein de ces établissements. Jusqu’à aujourd’hui, la Direction générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion (DGAPR) a réussi à éviter le pire.

textile-068.jpg

Plusieurs activités culturelles et sportives devront reprendre au niveau des établissements pénitentiaires, parallèlement à certains programmes, comme celui de la production des masques, qui implique actuellement 100 détenus au niveau de 21 prisons (Ph. DGAPR)

En dépit de l’apparition de clusters dans certaines prisons, la propagation du virus a été contrôlée. La part des cas positifs est restée en dessous de 1%, soit 110 fonctionnaires et 340 détenus. Avec la levée prévue de l’état d’urgence sanitaire, les risques sont plus importants, surtout avec la prochaine reprise des visites familiales.

Pour atténuer les risques, la DGAPR a mis en place un plan d’action qui couvre les 3 prochains mois. Il se décline en plusieurs axes, qui concernent les fonctionnaires, les détenus, ainsi que leurs familles. La levée du confinement dans les établissements pénitentiaires est prévue le 27 mai prochain, sauf pour les prisons ayant enregistré des cas positifs, comme ceux de Tanger 1 et Ouarzazate.

En cas d’apparition de nouveaux cas après l’assouplissement des mesures, ce plan d’action prévoit la restauration du confinement. La gestion des effectifs des fonctionnaires prendra également en compte les mesures de prévention, comme le recours à la rotation des équipes, la limitation des déplacements des fonctionnaires entre les ailes au sein des établissements… Un protocole de mesure de la température du personnel à l’entrée et à la sortie est également prévu.

Les espaces collectifs, comme la salle de sport et la salle de prière ne seront pas rouverts pour l’instant. La DGAPR a néanmoins prévu de relancer l’organisation des concours de recrutement, suspendus depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, à partir du mois d’août prochain.

Pour ce qui est des détenus, une série de mesures sont au programme, afin d’éviter la propagation du virus. Les nouveaux pensionnaires seront systématiquement soumis aux consultations médicales pour s’assurer de l’absence des symptômes du Covid-19. Les cas suspects ne seront pas autorisés d’accéder à l’établissement et seront transférés aux services sanitaires, après avoir informé les autorités judiciaires.

Le protocole prévu actuellement pour les nouveaux détenus, notamment en termes de mesures d’isolement, sera également maintenu. La mobilité des prisonniers entre les cellules et les pavillons de l’établissement sera  limitée. Ils seront aussi tenus de porter des masques. Néanmoins, certaines activités devront reprendre au sein de ces établissements, notamment les programmes sportif, culturel et artistique. La production des masques devra se poursuivre (cf. notre édition du mercredi 20 mai 2020). Plus de 100 détenus sont actuellement impliqués au niveau de 21 établissements. Leur nombre devra augmenter prochainement, est-il indiqué.

Pour ce qui est des visites, les espaces dédiés seront désinfectés régulièrement, avec la délimitation d’un parcours spécial pour les visiteurs. D’autres mesures sont également prévues à l’intérieur des salles de rencontres, notamment en termes de distanciation, d’obligation du port du masque… Un agenda précis sera défini pour éviter l’encombrement lors des visites qui devront reprendre à partir du mois de juillet prochain, à raison d’une fois par mois, avant de passer progressivement à une fois tous les 15 jours.

Ces visites seront limitées à une personne pour chaque détenu. L’interdiction de dépôt des habits au profit des pensionnaires sera maintenue. Les familles seront également obligées de transférer les montants aux détenus par mandat, après la suspension de la possibilité de dépôt directement au niveau des prisons.

Foyers de contamination

Depuis l’apparition des premiers cas du Covid-19 dans les prisons, plus de 1.118 nouveaux détenus ont été isolés dans des cellules individuelles pendant 14 jours, avec un suivi médical, afin de s’assurer qu’ils n’étaient pas atteints de cette maladie. Jusqu’au 15 mai dernier, 340 détenus ont été déclarés positifs. L’essentiel de ces cas ont été enregistrés dans des foyers de contamination, notamment au niveau des prisons locales de Ouarzazate et de Tanger 1. Deux décès ont été enregistrés parmi la population carcérale atteinte du Covid-19. Sur ce total, 233 ont été déclarés guéris, soit 68,5%. Parallèlement 99 cas sont toujours sous suivi médical au niveau de ces établissements. Parmi les personnes guéries, 13 ont été libérées, après avoir purgé leurs peines.

M.A.M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc