×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Déconfinement: Plusieurs pays s’y apprêtent

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5744 Le 20/04/2020 | Partager
Des critères pour lever graduellement les mesures instaurées
Travail, école, commerce… tout doit être planifié
La feuille de route de l’UE

Plusieurs pays européens (Autriche, Danemark…) s’appuyant sur le ralentissement des admissions en soins intensifs et des hospitalisations, ont commencé à élaborer leurs plans de déconfinement et même à assouplir quelques mesures.

Diminution et stabilisation de la propagation de la maladie sur une période prolongée, systèmes de soins de santé plus efficaces, capacités de dépistage à grande échelle, de suivi et de traçage… Ce sont des critères qui doivent être pris en compte pour commencer à assouplir et lever graduellement les mesures de confinement liées à la pandémie de coronavirus. Une  feuille de route de la Commission et du Conseil européens montrent les étapes à suivre.

deconfinement-044.jpg

■ Etapes par étapes: Les mesures de confinement devraient être levées par étapes, avec un délai suffisant entre chacune de celles-ci pour pouvoir en mesurer l’incidence. Il est impératif de mettre en place des dispositifs bien ciblés. Il s’agit, par exemple, de protéger plus longtemps les groupes les plus vulnérables, de faciliter la reprise progressive des activités économiques nécessaires, d’intensifier le nettoyage et la désinfection réguliers des nœuds de transport, des magasins et des lieux de travail. Les états d’urgence généralisés doivent être remplacés par des interventions ciblées des pouvoirs publics.

■ Retour au travail, pas tous en même temps: La reprise de l’activité économique devrait être progressive. Il existe plusieurs modèles possibles, fondés sur les emplois se prêtant au télétravail, l’importance économique, le travail posté, etc. L’ensemble de la population ne devrait pas retourner sur son lieu de travail en même temps. L’Organisation mondiale de la santé (OMS)-qui regrette la suspension du financement par le président américain Donald Trump- estime que «le monde est à un tournant et préconise une très grande progressivité dans les mesures de déconfinement pour éviter une deuxième vague».

■ Rassemblements de personnes: Ils devraient être progressivement autorisés, en tenant compte des spécificités des différentes catégories d’activités. Telles que: les écoles et les universités, les rassemblements de masse, les activités commerciales (vente au détail) et les activités sociales (restaurants, cafés), avec une éventuelle gradation. Les efforts visant à contenir la propagation de la pandémie devraient être maintenus au moyen de campagnes de sensibilisation afin d’encourager la population à conserver des pratiques d’hygiène et de distanciation sociale strictes.

■ Contrôles aux frontières: Les restrictions en matière de déplacements et les contrôles aux frontières devraient être supprimés dès que les situations épidémiologiques des régions frontalières convergeront de façon suffisante. Les frontières extérieures devraient être rouvertes dans une seconde phase, en tenant compte de la propagation du virus à l’extérieur de l’UE.

■ Un suivi constant: Toutes les mesures devraient faire l’objet d’un suivi et l’état de préparation devrait être renforcé pour permettre le rétablissement, le cas échéant, de mesures de confinement plus strictes. Parallèlement, la Commission européenne continue de mobiliser des fonds pour encourager la recherche en vue de l’élaboration de vaccins, de traitements et de médicaments. Elle collabore également avec l’Agence européenne des médicaments afin de rationaliser les étapes réglementaires, des essais cliniques aux autorisations de mise sur le marché. Elle encouragera aussi prioritairement la coopération internationale.

Une conférence des donateurs

Bruxelles organisera le 4 mai une conférence en ligne des donateurs pour financer la recherche d’un vaccin contre le Covid-19. Selon l’Organisation mondiale de la santé, seul un vaccin «sûr et efficace mettra un coup d’arrêt à la transmission du virus qui a fait plus de 120.000 morts dans le monde». Le Conseil mondial de suivi de la préparation, un organe de l’OMS, avait estimé en mars le besoin de financement d’un tel vaccin à 8 milliards de dollars. Les mesures de soutien à l’économie, lourdement impactée par les mesures de confinement, ont déjà coûté 3.000 milliards d’euros au continent, selon la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Fatim Zahra TOHRY

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc