×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Crédits: Des mois difficiles à venir?

Par Franck FAGNON | Edition N°:5731 Le 01/04/2020 | Partager
En baisse de 2,3% après deux mois, sans les effets du corona­virus
Les sociétés de crédit à la consommation redoutent le pire

L’encours des crédits bancaires à l’économie s’est chiffré à 895 milliards de DH à fin février 2019 selon le tableau de bord que vient de publier Bank Al-Ma­ghrib. Il est en hausse de 4,2% sur douze mois. Mais, depuis le début de l’année, il affiche une baisse de 2,3%, dans les mêmes proportions qu’en janvier.

credits-031.jpg

Le comportement du crédit sur les deux premiers mois de l’année ne porte pas encore les traces de la situation économique, la fermeture des frontières, le confinement et l’état d’urgence étant intervenus en mars

Les encours des crédits à l’équipement, immobilier et à la consommation sont stables par rapport à fin 2019. En revanche, les crédits de trésorerie affichent une baisse de 2,9%. Le compor­tement du crédit sur les deux premiers mois de l’année ne porte pas encore les traces de la situation économique, la fermeture des frontières, le confinement et l’état d’urgence étant intervenus en mars. Il faut peut-être s’attendre à une baisse brutale des indicateurs dans les mois à venir, surtout si le confinement dure longtemps.

Les sociétés de crédit à la consomma­tion sont logées à la même enseigne que les banques, les principales enseignes de l’électroménager et d’ameublement ayant fermé leurs points de vente.

«La crise sani­taire a eu des impacts sur la production de crédit dès la fermeture des frontières suite à l’extension de la pandémie. Certains de nos clients, notamment les loueurs automobiles ont été touchés de plein fouet par la baisse des arrivées touristiques. La décision du confinement et de fermeture des écoles a accéléré la baisse de la production», relève un dirigeant.

Les opérateurs se préparent à une année extrêmement difficile. «L’année va être très difficile pour l’ensemble du tissu économique. Le crédit à la consommation sera probablement très affecté à l’instar de tous les autres secteurs économiques», confie l’un d’entre eux.

Aujourd’hui, les banques comme les sociétés spécialisées sont très attendues dans l’accompagnement des clients en difficulté. Pour éviter les déplacements en agence, les clients devront renseigner des formu­laires disponibles sur les sites des sociétés de financement.

«Nous nous engageons à traiter les demandes de report dans les délais raisonnables et être à l’écoute des si­tuations spécifiques des clients pour mettre en place les solutions idoines et adaptées à chacun», confie-t-on chez Wafasalaf qui a mis 80% des collaborateurs du siège en télétravail. Les agences restent ouvertes pour les clients n’optant pas pour les ser­vices digitaux.

F.Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc