×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Chloroquine: La piste chinoise fait son chemin

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5730 Le 31/03/2020 | Partager
Plusieurs pays lancent des tests pour traiter le coronavirus
De nombreux signes encourageants forcent la recherche

En parallèle des mesures de confi­nement, plusieurs pays ont annoncé le lancement de tests cliniques de la chlo­roquine. Une molécule antipaludique qui pourrait être efficace contre le Covid-19. A se référer aux essais menés en Chine ainsi qu’aux expérimentations du pro­fesseur Raoult, directeur de l'institut hospitalo-universitaire Méditerranée de Marseille, le médicament serait efficace contre la pandémie.

plaquenil-030.jpg

Antipaludique, la chloroquine (ou chloroquinine) est un médicament utilisé depuis plusieurs décennies et commercialisé notamment sous le nom de Nivaquine

Bruno Lina, professeur en virologie au CHU de Lyon, est chargé de mener un de ces tests. Selon lui, les tests menés depuis le 21 mars dernier visent à éva­luer l’efficacité de différents traitements, dont la chloroquine et l'hydroxychloro­quine.

A terme, le dispositif devrait englober 3.000 malades dans toute l'Europe. L'hy­droxychloroquine va également être tes­tée auprès de soignants et dans d’autres établissements afin de déterminer si cette molécule peut aussi être utilisée de manière préventive chez les personnes à risque ou très exposées au virus.

L'idée serait de l'utiliser pour «dimi­nuer le nombre de cas qui passent en réanimation», précise Olivier Bogillot, président de Sanofi France, le groupe pharmaceutique qui possède la Plaqué­nil, nom commercial de l'hydroxychlo­roquine.

Pour le moment, nul ne se hasarde à qualifier la spécialité de médicament miracle ni encore préjuger de ses effets secondaires à long terme. Mais beaucoup de signaux positifs laissent penser qu'il réduit la charge virale et pourrait donc faire baisser le nombre de patients.

coronavirus-030.jpg

En France, les premiers tests, menés à Marseille avaient été qualifiés de «pro­metteurs» par la porte-parole du gouver­nement Sibeth Ndiaye. Depuis, les essais concernant l'utilisation de la choloro­quine pour soigner des patients atteints du Covid-19 ont été étendus. Mais de quoi s'agit-il ?

Le traitement est souvent recomman­dé lorsqu'on prévoit de se rendre en zone infestée par le parasite du paludisme, transmis par les moustiques.

En Chine, l'hydroxychloroquine a permis la guérison de 13 patients sur 15. Ceci, après 7 jours sous traitement. Les patients guéris ont même été testés néga­tifs au Coronavirus et ne portaient plus de trace du virus. Dans le même temps, un autre groupe positif au Coronavirus n'a pas été traité à l'hydroxychloroquine, et le taux de rémission n'a été que d'un patient sur 15. Un test néanmoins trop minime pour être considéré comme si­gnificatif.

En France, la molécule a été mise sur le marché en 1949. Il s'agit d'un dérivé de la quinine, un alcaloïde naturel antipalu­dique extrait de l’écorce du quinquina, un arbuste d’Amérique du Sud, connu pour faire baisser la fièvre.

Si les mesures de confinement mises en place en Chine et en Corée du Sud semblent efficaces pour lutter contre la propagation de la pandémie, le nombre de personnes infectées par le COVID-19 dans le reste du monde ne cesse de se multiplier. C’est le cas de l’Italie, de l’Espagne, de la Grande-Bretagne et de la France. Les décès se comptent éga­lement par des milliers de personnes. Cependant, les Etats-Unis s’attendent au pire dans les semaines à venir.

Pour faire face à cette crise sanitaire mondiale, chercheurs et professionnels de santé du monde entier travaillent d’arrache-pied pour tenter de trouver un traitement efficace contre le fléau. Si le vaccin risque de ne pas voir le jour avant plusieurs mois, des essais cliniques de médicaments sont en ce moment même réalisés dans plusieurs endroits du globe.

Le Maroc s’assure un stock de Nivaquine

LA chloroquine est-elle la nouvelle arme contre le Covid-19? Le gou­vernement marocain en est convaincu. Le ministère marocain de la Santé vient de racheter au laboratoire français Sanofi l'ensemble du stock de Nivaquine, un médicament à base de chloroquine, produit dans ses usines de Casablanca.
La transaction a été récemment confirmée par Sanofi Maroc. De même le Chef du gouvernement, El Othmani affirmait sur son compte Twitter que tous les malades du Covid-19 seraient traités au Plaquenil, médicament lui aussi à base de chloroquine.

A.G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc