×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 192.132 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 240.532 articles (chiffres relevés le 3/6 sur google analytics)
Economie

Le GMT+1 désoriente toujours les Marocains

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5669 Le 06/01/2020 | Partager
Une pétition bientôt lancée pour demander sa suppression
Le décalage horaire avec l’UE n’a pas été résorbé

Et si le passage de manière définitive à GMT+1 était l’une des décisions les plus stupides jamais prises par un gouvernement? A l’inverse d’une mesure fiscale ou administrative, elle touche tous les citoyens dans leur vie de tous les jours.

Si pendant la période estivale, le changement a été plus ou moins toléré du fait que les gens profitent de journées plus longues pour s’adonner à des distractions ou faire du shopping, en hiver, la colère est générale. En effet, pendant la période proche du solstice (le 21 ou 22 décembre), les jours sont plus courts.

Par conséquent, les gens sortent de chez eux vers 7h du matin, alors qu’il fait encore nuit, sans oublier des températures inférieures à 10 degrés selon les régions. Les parents sont par ailleurs obligés d’accompagner les enfants à l’école alors qu’il fait encore sombre.

Le fait de disposer d’un véhicule ne facilite pas la tâche puisque vers 7h, l’obscurité rend la conduite risquée. Tout le monde n’est pas à l’aise pour conduire quand il fait noir. Dans le monde rural, les ouvriers sont obligés de se rendre dans les champs et les fermes alors qu’il fait encore nuit et un temps glacial. Pour les enfants qui doivent aller seuls à l’école se pose clairement le problème de sécurité.

Certaines personnes ont décidé de garder leur montre inchangée. Dans certaines régions, les écoles font de la résistance en s’en tenant à GMT.

Le gouvernement est resté sourd aux protestations contre cette décision aussi impopulaire qu’incompréhensible de maintenir l’heure d’été toute l’année. Le groupe parlementaire de la CDT à la Chambre des conseillers a, à plusieurs reprises, formulé une demande pour que la question de l’heure légale soit examinée en commission avec Mohammed Benabdelkader, ex-ministre délégué chargé de la Réforme administrative, en vain.

Une manière comme une autre pour museler les élus au sujet de certaines questions qui dérangent. Selon Touria Lahrech, membre CDT de la Chambre des conseillers, le groupe compte interpeller officiellement Mohamed Benchaâboun, ministre des Finances qui a hérité du portefeuille de la Réforme de l’administration.

Dans le même temps, un groupe d’activistes vient de lancer une pétition selon la procédure réglementaire. Pour qu’une pétition soit recevable par les pouvoirs publics, elle doit réunir au moins 5.000 signatures, assorties du numéro de CIN des signataires ainsi que de leur adresse (Voir le mode opératoire sur le portail officiel https://www.eparticipation.ma).

Jusqu’à présent, le gouvernement a reçu cinq pétitions sur des sujets divers, dont l’une concerne justement l’adaptation de GMT+1 aux heures d’ouverture des établissements d’enseignement et les services de l’administration. Quatre pétitions ont été refusées. La cinquième est en cours d’instruction et concerne l’évacuation de l’épave d’un navire sur les côtes de Tarfaya.

Le groupe parlementaire du PAM avait déposé une proposition de loi pour que le changement de l’heure légale relève désormais des prérogatives du parlement et non plus du seul gouvernement. Mais le texte n’a jamais été programmé.

A l’origine de la décision de passer à GMT+1, sa volonté d’être en phase avec l’heure légale des principaux partenaires commerciaux du Maroc. Mais cet argument ne tient pas la route puisqu’il  y a toujours un décalage d’une heure d’avril à novembre, puisque l’UE passe à GMT+2 à l’exception du Portugal, de l’Irlande et du Royaume-Uni qui restent toute l’année à GMT.

Pendant le mois du ramadan, l’écart est de deux heures. Le réaménagement horaire n’aura donc apporté aucun changement puisqu’il y a toujours eu un décalage d’une heure entre le Maroc et l’Union européenne. Sauf que le désagrément maintenant, c’est que la parité horaire coïncide avec l’hiver.

heure-legale-069.jpg

Une étude aux conclusions plus que douteuses

L’adoption de GMT+1  a été décidée sur la base d’une étude réalisée par le cabinet PWC. Un travail qui a pourtant débouché sur des conclusions négatives. Ainsi, plus de la moitié des Marocains sont opposés aux changements de l’heure quatre fois par an en raison des impacts sur leur horloge biologique. Plus des ¾ des personnes sondées déclarent éprouver des perturbations de sommeil les premiers jours. L’adoption de GMT+1 a pour objectif de permettre aux gens de s’adonner à des activités culturelles et distractives. Mais seule 1 personne sur 4 en profite. 80% des parents d’élèves se plaignent de l’impact négatif du changement d’heure. En raison de l’obscurité matinale du mois d’octobre, 56% des personnes sondées déclarent ne pas se sentir en sécurité. Pour 87% des entreprises, l’alignement horaire avec l’UE ne se traduit pas par un regain d’activité. A peine 21% déclarent constater un impact sur leur business. Le Maroc réaliserait des économies d’énergie de 83 millions de DH. Un chiffre ridicule dont personne ne peut être sûr puisque les Marocains dépensent le matin les économies d’électricité qu’ils réalisent l’après-midi.

Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc