×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Investissement: Le cap sera maintenu par les entreprises publiques

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5602 Le 27/09/2019 | Partager
    Le ministère des Finances écarte toute baisse en 2020
    Les partenariats public-privé seront encouragés
    Le projet d'amendement de la loi sur les PPP au Parlement
    investissement_002.jpg

    Le taux de réalisation des investissements des établissements publics a reculé de 5 points entre 2016 et 2017. En 2017, 61,2 milliards de DH  ont été réalisés contre 72,6 milliards en 2016. L'année dernière, plus de 60 milliards de DH d'investissements ont été effectués

    L'investissement des entreprises et établissements publics ne sera pas réduit. «Une forte progression n'est pas non plus prévue, mais l'effort restera soutenu», selon de hauts responsables au ministère des Finances.

    Rien à voir donc avec 2019, année durant laquelle le montant programmé dans la loi de finances a reculé de 8%. Une baisse qui tiendrait plus à la volonté d'améliorer la préparation des projets. Le ministère des Finances et les entreprises publiques sont également plus regardants sur les délais de programmation des projets et sur certains préalables: l'apurement du foncier, les financements, les études... 

    Cette démarche permet de mettre de l'ordre dans les projets et surtout d'améliorer les taux de réalisation. Car les milliards de dirhams d'investissements inscrits chaque année dans la loi de finances ne sont jamais entièrement engagés.

    En 2017 par exemple, le  taux de réalisation n'a pas dépassé les 60%, reculant ainsi de 5 points par rapport à 2016. Une situation qui s'explique par l'ajournement de certains projets autoroutiers, la lenteur du processus de lancement des appels d'offres et de certaines études. S'y ajoute le retard des projets de step en relation avec le foncier des régies.

    Le niveau de réalisation des investissements devrait atteindre 65% en 2018. Mais il faudra attendre le rapport sur les établissements publics joint au projet de loi de finances pour avoir le taux exact!

    investissement_prevision_002.jpg

    Cette année, le montant des investissements a reculé de 8%. Le ministère des Finances a entamé un nouveau processus de priorisation des projets

    L'investissement des entreprises publiques est scruté par le monde des affaires. Il joue un rôle de locomotive, mais l'effort est fragilisé par les délais de paiement. Les délais moyens officiels relèvent certes une légère amélioration, mais ils cachent aussi de mauvaises surprises. Ils sont ainsi passés d’une moyenne de 78 jours à fin 2017 à 55 jours à fin juin 2019, a annoncé Mohamed Benchaaboun, lors de l'université d'été de la CGEM.

    Le ministre a reconnu que «les établissements publics connaissent des situations différentes» et un traitement est aujourd'hui préconisé: suivi à court terme et des actions sur le moyen et long terme pour traiter les difficultés structurelles des établissements et entreprises publics dans le cadre d’une révision de leur modèle économique.

    Des liquidités seraient également injectées dans les entreprises signataires de contrats-programmes, ce qui permettra de baisser les délais de paiement. L'Office national de l'eau et de l'électricité par exemple prépare un nouveau contrat-programme. L'office dispose d'une feuille de route 2019-2023 qui vise, entre autres, le développement de son «business model».

    L'année prochaine, les Finances comptent encourager les partenariats public-privé ainsi que la mutualisation des investissements publics. Au préalable, il faut que le projet, d'amendement de la loi sur les PPP soit adopté. Le projet, aujourd'hui au Parlement, permettra de dépasser la lourdeur et la complexité de certaines procédures.

    Khadija MASMOUDI

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc