×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    La charte de Médine, précurseur de la citoyenneté

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5530 Le 04/06/2019 | Partager
    Elle a permis, à l’époque du Prophète, la cohabitation entre musulmans et d’autres confessions
    Des faits historiques relatés par Chérif Ouazzani, spécialiste en pensée islamique
    abdellah_cherif_ouazzani_030.jpg

    Pour Abdellah Chérif Ouazzani, enseignant chercheur spécialisé en pensée islamique et soufisme, plus on s’éloignait de l’ère prophétique, plus on oublie les vraies valeurs de notre religion musulmane et on s’accroche aux dogmes et aux rites (Ph APD)

    La mondialisation économique et le développement des moyens de communication qui marquent notre époque devraient en principe conduire à plus de rapprochement et de progrès en faveur des peuples. Mais dans la réalité, nous assistons ces dernières années à l’exacerbation des conflits et des chocs d’ordre culturel qui attisent les phénomènes de violence et du rejet de l’autre, souvent motivés par des considérations religieuses.

    «Une situation intelligemment exploitée par certaines puissances pour faire fructifier leur commerce d’armement et renforcer leur positionnement géostratégique», a fait observer Abdellah Chérif Ouazzani, enseignant chercheur spécialisé en pensée islamique et soufisme, lors d’une conférence organisée, dernièrement à Rabat, par l’Association pour le progrès des dirigeants (APD).

    Dans ce nouveau contexte, les musulmans se retrouvent en mauvaise posture, vivant des tensions et déchirements internes conduits par des radicaux islamiques. Un autre phénomène patent, celui du problème d’intégration de la communauté musulmane dans certains pays, qui engendre le rejet de la part d’une partie de la population autochtone.

    «Un tout qui altère l’image de l’islam et ses valeurs authentiques fondées sur la cohabitation et le respect de l’autre», souligne Chérif Ouazzani,
    De son côté, Farida Jirari, directeur général de l’APD, a rappelé que la mondialisation des échanges, les mouvements migratoires, le tourisme mondial et la révolution digitale ont permis à un plus grand nombre de personnes de différentes croyances et de différents niveaux de se retrouver ensemble, réellement ou virtuellement. Pour elle, ces contacts sont parfois à l’origine de chocs culturels, de phénomènes de rejet ou même de violence qui va de l’acte individuel, au crime organisé et même au terrorisme d’Etat. Ce qui explique l’importance du dialogue interreligieux pour permettre à l’humanité de relever les défis globaux qui dépassent le périmètre et les moyens des Etats-Nations.

    Le seul moyen de s’écouter et de se comprendre reste le dialogue. «Le dialogue est un devoir pour l’humanité du fait que l’homme porte le souffle divin, ce qui le différencie et le rehausse par rapport aux autres créatures. En contrepartie, cette considération impose une responsabilité envers l’homme en tant que vicaire de Dieu en vue de faire du bien pour lui-même et aussi au profit de ses semblables ainsi que vis-à-vis de la nature», résume le conférencier.

    Pour ce dernier, la différence que Dieu a créée entre les communautés devrait en principe être une source de richesse et d’enrichissement au profit de l’humanité. Et aussi, un vecteur et un outil qui nous pousse à découvrir cet Autre et dialoguer avec lui dans la perspective de mieux le connaître, ce qui va favoriser un respect mutuel.

    Pour étayer ses propos qualifiant l’Islam comme religion de tolérance, le conférencier fait un rappel historique sur l’époque de l’installation du Prophète avec les musulmans à Médine après leur émigration de la Mecque. Une période qui était marquée par une cohabitation entre les musulmans et les autres tribus notamment celles de confession juive.

    «C’est le fruit d’un dialogue qui a permis l’élaboration de la Charte de Médine qui va définir les droits et les devoirs permettant aux musulmans et les juifs ainsi que les autres communautés de Médine de vivre ensemble dans la paix», affirme Ouazzani.

    Selon cette charte, le socle d’appartenance est la citoyenneté qui rassemble les gens, indique le conférencier. Ce qui a permis le respect du choix religieux des juifs à cette époque contrairement à ce que fait actuellement Daech avec les musulmans qui n’adhèrent pas à sa vision, regrette-t-il.

    Agenda de l’APD

    Au cours de cette rencontre, les promoteurs de l’évènement ont rappelé les dates à retenir dans leur prochain agenda. Une rencontre est prévue le 13 juin 2019 à Casablanca qui sera animée par le célèbre entrepreneur américain, Jordane Noone, co-fondateur et directeur de Relativity Space, première et unique entreprise à fabriquer des fusées entièrement imprimées en 3D. La conférence portera donc sur cette nouvelle prouesse technologique qui est l’impression 3D. Une semaine après, une autre conférence se tiendra à Rabat sur l’intégration et insertion des jeunes. Elle sera présentée par Hervé Serieyx, un grand gourou du management, rappelle Jirari. Au menu également, un séminaire sur l’art de diriger et du leadership qui sera animé par l’Amiral Olivier Lajous.

    Noureddine EL AISSI   

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc