×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Startups: L'OCP met le turbo

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5519 Le 20/05/2019 | Partager
    Partenariat entre l'Université Mohammed VI et le réseau MassChallenge
    Le groupe veut accélérer sa transformation à l'horizon 2030
    vivatech-2019.jpg

    Le groupe OCP souhaite reproduire avec les startups à fort potentiel le même schéma qu'avec Jacobs Engineering et IBM, deux géants avec lesquels il a créé des joint-ventures (Ph. H.E.)

    Le groupe OCP se donne les moyens de soutenir les startups. L'Université Mohammed VI Polytechnique a signé, jeudi 16 mai, un accord de partenariat avec le réseau mondial d'accélérateur des startups. C'était en marge du forum Viva Technology qui se tient les 16 et 17 mai à Paris, un événement d'envergure mondial dédié aux startups.

    La convention entre l'Université Mohammed VI et MassChallenge a pour objectif de soutenir le programme Bridge to MassChallenge destiné à promouvoir les startups développées par l'Université Polytechnique et le groupe OCP. Cet arrimage permettra au groupe de profiter de l'expertise de MassChallenge en matière d'appui aux startups. En unissant leurs efforts, les deux partenaires pourront mieux stimuler la «vitalité économique et la création d'emplois en encourageant l'entrepreneuriat».

    MassChallenge est un réseau mondial d'accélérateur des startups qu'il accompagne sans y prendre de participation. Il est basé aux Etats-Unis, au Mexique et en Suisse. A ce jour, les anciens du réseau ont levé plus de 4 milliards de dollars et généré 2,5 milliards de dollars de revenus avec à la clé 120.000 emplois. Le dispositif Innovation et Entrepreneuriat fédère les acteurs d'un écosystème qui œuvrent pour fournir aux startups l'accès à diverses ressources leur permettant de se développer.

    matt_lashmar_et_el_habti_019.jpg

    De gauche à droite, Matt Lashmar, directeur général de MassChallenge Suisse, et Hicham El Habti, secrétaire général de l'Université Mohammed VI Polytechnique à l'issue de la signature de la convention de partenariat signée jeudi 16 mai à Paris  (Ph. OCP.)

    L'Université Polytechnique a établi de nouveaux standards dans le domaine de la formation. Elle a pour objectif de soutenir la recherche, l'innovation et l'entrepreneuriat. Le partenariat stratégique avec MassChallenge lui permettra de monter en régime puisqu'elle pourra mieux connecter le continent africain au réseau mondial de la recherche et de l'innovation.

    Pour sa part, le réseau MassChallenge, dont l'appui aux startups est au cœur de la stratégie, soutient les entrepreneurs à fort potentiel en les mettant en contact avec des entreprises partenaires et des mentors de premier plan. Le réseau s'appuie sur un curriculum business dispensé par des experts et destiné aux startups.

    Pour le groupe OCP, l'investissement dans les startups coule de source vu qu'il se projette déjà vers 2030. Après une première participation au forum mondial, Viva Technology qui s'est tenu l'année dernière à Paris, cette fois-ci, il a participé de manière active avec l'ensemble de son écosystème: outre l'OCP SA, l’Université Polytechnique, l’école 1337, Technology Services (joint-venture créée avec IBM),... «A travers cette participation, le groupe souhaite soutenir les startups et promouvoir l'innovation», explique Mohamed Laklalech, Chief Digital Officer à l’OCP.

    L’omniprésence des nouvelles technologies et le rajeunissement de ses RH le poussent à adapter son organisation. Les nouvelles technologies et les réseaux sociaux impliquent plus d’autonomie aux équipes. Beaucoup de métiers sont appelés à s'enrichir en termes de compétences ou à se transformer ou à disparaître en raison de la robotisation, de l'intelligence artificielle... D’où l'investissement massif dans lequel est engagé le groupe afin de bâtir les compétences futures. Une profonde mutation que l'OCP veut anticiper en s'y préparant dès maintenant. «Nous misons beaucoup sur le Digital for Impact. Par conséquent, si le digital n'impacte pas de manière significative les utilisateurs, il devient un simple gadget».

    DNES à Paris, Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc