×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Boucle OODA: Facilitez vos prises de décision!

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5506 Le 30/04/2019 | Partager
    boucle_en_4_etapes_006.jpg

    Prendre ses décisions en analysant subtilement la situation avant d’agir comme le ferait un pilote en plein combat aérien. C’est le concept particulièrement original et recherché de la boucle OODA, appelée également OODA loop. Une démarche récente sous nos latitudes qui, une fois appliquée en entreprise, permet aux salariés de devenir plus efficients et de diminuer la prise de risque. Découvrez cet outil de gestion surprenant directement inspiré de stratégies militaires du siècle dernier grâce à Mourad Touati, consultant en organisation et en gestion d’entreprise.

    ■ Une méthode inspirée du combat aérien
    OODA loop est un concept inventé par le pilote de chasse John Boyd de l’United State Air Force en 1960, l’un des plus grands stratèges militaires américains. L’idée initiale consistait à gagner du temps en  orientant l’avion -et donc les armes à bord- avant même de décider s’il devait ouvrir le feu ou pas. Une méthode transposable dans différents domaines, parmi lesquels le management, pour faciliter les prises de décision des managers mais aussi de leurs collaborateurs.

    L’avis du spécialiste: La boucle OODA permet de prendre des décisions et de les réévaluer en continu en observant la réalité. Un cycle qui s’avère bien utile en entreprise et inspiré à la base de stratégies de combats aériens. Le processus intègre quatre principales étapes: observer, s’orienter, décider et agir.

    ■ Un moyen de réduire considérablement la prise de risque
    Appliquée en entreprise, la boucle OODA permet aux salariés et aux managers d’agir plus rapidement et de prendre des décisions plus réfléchies. Autre avantage non négligeable, cette méthode contribue à réduire les imprévus tout en évitant d’être surpris.

    mourad_touati_006.jpg

    L’avis du spécialiste: Cet outil produit des décisions réalistes et réellement adaptées à la situation.  Son déclenchement amène à optimiser ou réorienter ses ressources en fonction des résultats observés.

    ■ Une boucle en quatre phases stratégiques à respecter
    Pour appliquer avec succès la boucle OODA en entreprise, il faut tout d’abord que les managers et les collaborateurs observent avec soin leur environnement en limitant les zones mortes. Une phase initiale qui nécessite l’adoption d’un management ouvert et à l’écoute ainsi que le développement de qualités humaines comme l’attention et la concentration. En externe, cela implique une veille concurrentielle permanente ainsi qu’un benchmark quotidien de ses concurrents. L’étape suivante -l’orientation-  consiste à imaginer des solutions pour améliorer autant que possible la situation et résorber les problèmes du groupe. Pour ce faire, la qualité du dialogue et une communication maîtrisée s’avèrent essentielles. Mais pas seulement. Managers et salariés doivent également analyser en détail des facteurs aussi bien internes (qualité des relations entre les troupes) qu’externes (situation géopolitique). Lors de la phase de décision, les parties prenantes fusionnent les informations récoltées et délibèrent pour choisir la solution finale. Cette dernière dépendra, entre autres, des ressources financières disponibles ou encore des retombées qui suivront. Enfin, l’équipe passe à «l’attaque» et décide en se posant des questions stratégiques telles que «Ai-je atteint mon but ?» ou encore «Les équipes ont-elles la volonté de continuer?».

    L’avis du spécialiste: Une boucle OODA efficace en entreprise passe dans un premier temps par une phase d’observation. Il s’agit pour le manager et ses équipes d’exercer l’aptitude à voir et de poser le regard sur leur environnement direct ou indirect. L’étape suivante -l’orientation- est surtout influencée par notre culture et nos croyances. La décision, de son côté, est considérée comme un choix à opérer parmi une multitude d’hypothèses plausibles. Ce dernier ne relève pas d’une rationalité absolue mais plutôt «limitée». Enfin, la dernière phase permet de tester l’hypothèse sélectionnée et de la mettre en route en engageant continuellement de nouveaux questionnements.

    boucle-ooda-006.jpg

    Récente au Maroc, la boucle OODA permet aux managers et à leurs équipes d’optimiser leur prise de décision en analysant avec soin leur environnement. Une méthode inspirée de stratégies militaires qui permet de réduire considérablement la prise de risque tout en gagnant du temps (Ph. Vocatis)

    ■ Une application concrète en entreprise
    En entreprise, mettre en œuvre cet outil stratégique implique l’accompagnement des supérieurs et des salariés par un consultant en organisation externe. Le groupe fait appel à ce prestataire pour cerner le problème via un diagnostic interne et guider les bénéficiaires par des mises en situation et des exercices pratiques. Néanmoins, des formations peuvent éventuellement être organisées en interne pour les filiales de multinationales et de grands groupes.

    L’avis du spécialiste: Recourir à cet outil au sein d’un organisme passe par des formations dispensées par des experts en conseil et en gestion. Des spécialistes qui n’hésiteront pas à interpréter les résultats et à suggérer des voies d’amélioration pour soutenir les parties prenantes dans leur démarche.

    ■ L’apanage des banques et des assurances au Maroc
    OODA loop est un outil récemment introduit au Maroc. Cette méthode est avant tout pratiquée dans le secteur financier, mais aussi par des filiales de grands groupes industriels.

    L’avis du spécialiste: Cette démarche intéresse avant tout les entreprises qui gèrent des projets à enjeux importants et stratégiques. C’est pour cette raison que les banques et les assurances en sont les premiers demandeurs.

    Karim AGOUMI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc