×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Economie circulaire: Le pari de l’OCP

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5479 Le 22/03/2019 | Partager
    Depuis 2008, le groupe a investi 3,5 milliards de DH pour la réduction d’eau
    Objectif 2028: utiliser 0% des ressources hydriques du pays
    Le pipeline Khouribga-Jorf Lasfar permettra d’économiser près de 3 millions de m3 d’eau par an
    ocp-economie-circulaire-079.jpg

    Cette approche circulaire vise à créer non seulement une nouvelle dynamique verte au sein du groupe, mais favorise également la symbiose avec l’écosystème industriel et la collaboration avec les communautés (Ph. OCP)

    Economie d’eau et d’énergie, valorisation des déchets, réhabilitation des sites exploités… OCP Group, toujours en quête d’excellence industrielle, fait le point sur son programme Economie circulaire. C’était à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’eau. Un chantier qui vise à optimiser l’exploitation des ressources tout au long de la chaîne de valeur, minimiser la production de déchets et valoriser ces derniers au profit de l’écosystème.

    Pour accélérer la cadence, le groupe phosphatier a adopté une nouvelle vision conciliant croissance économique et préservation des ressources. L’une de ses dernières innovations est la création, il y a huit mois, du programme Economie circulaire, pour réunir toutes les compétences et les synergies nécessaires afin d’atteindre les objectifs fixés par la stratégie de développement industriel à l’horizon 2028.

    «L’engagement volontaire du groupe OCP dans des programmes environnementaux vise à renforcer le respect des normes internationales les plus strictes et démontre son implication dans le développement durable», tient à préciser Hanane Mourchid, directrice responsable de l’Economie circulaire, lors d’une rencontre avec la presse, le 20 mars à Casablanca.

    En matière d’économie d’eau, l’OCP a investi, depuis 2008, 3,5 milliards de DH. «Les ressources hydriques demeurent, bien évidemment, en tête des préoccupations du groupe. Sachant que ce dernier utilise moins de 0,3% des ressources du pays en eau et vise à atteindre 0% en 2028», annonce Zineb Benjelloun, responsable Programme eau.

    A ce jour, grâce aux eaux traitées et réutilisées et au dessalement de l’eau de mer, 30% des besoins du groupe sont satisfaits. Le mastodonte ne compte pas s’arrêter là pour autant. A terme, grâce au programme Economie circulaire, l’industriel vise à produire 100% de l’eau nécessaire à travers la mise en place de nouvelles stations de dessalement et de traitement d’eaux usées. 

    La stratégie Eau intégrée et durable le long de la chaîne de valeur repose sur trois axes: l’optimisation de l’utilisation de l’eau sur l’ensemble de la chaîne de valeur, la gestion optimale de l’utilisation des ressources en eau douce ainsi que la mobilisation des ressources en eaux non conventionnelles. Un programme financé à hauteur de 500 millions de dollars par les bailleurs de fonds, à savoir l’AFD et la KWF.

    A titre d’exemple, la technologie du Slurry Pipeline entre Khouribga et Jorf Lasfar générera à terme une économie de près de 3 millions de m3 d’eau par an. L’acheminement, par pipeline, du phosphate lavé sous forme de pulpe permet de réaliser d’importantes économies d’eau et d’énergie. Et pour cause, le transport en train nécessite de sécher le phosphate, puis de le ré-humidifier à son arrivée.

    Un projet de second pipeline est en cours. Il devra relier les mines de Gantour à Safi, sur une longueur de 155 km. Il apportera une capacité annuelle pouvant atteindre 12 millions de tonnes.

    En matière d’énergie, l’OCP vise à limiter sa consommation d’électricité et d’émission de CO2. Pour y arriver, le groupe prône le développement de la cogénération, la mise en place de mesures d’efficacité énergétique et le recours à l’énergie renouvelable non émettrice de carbone.

    A ce jour, 70% des besoins sont satisfaits à partir de la cogénération (issue des réactions chimiques exothermiques) et de l’éolien à bas carbone. Les 30% restants sont alimentés par le réseau de l’ONEE. Le management compte également faire appel à d’autres sources d’énergies renouvelables (solaire…) à travers des Power Purchase Agreements (PPA) avec des partenaires nationaux.

    Pour rappel, le programme Economie circulaire englobe plusieurs objectifs: la préservation des ressources phosphatières, la  production durable, la restauration minière…

    Plus de 160 clients sur les 5 continents

    Pour répondre et anticiper la demande croissante  mondiale d’engrais et garder sa position compétitive, OCP Group vise à doubler sa capacité minière et tripler sa capacité de transformation chimique. Intégration verticale, maîtrise des coûts, flexibilité des capacités de production, agilité commerciale… l’OCP a une position unique dans l’industrie de par sa présence sur les trois maillons de la chaîne de valeur: roche phosphatée, acide phosphorique et engrais phosphatés. Il gère plus de 160 clients sur les 5 continents.

    Nadia DREF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc