×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Jeunes et technologies: Qui sont les «digital natives»?

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5332 Le 09/08/2018 | Partager
    Ils ont pleinement adopté le numérique dans tous les aspects de leur existence
    Pour les ¾ des enquêtés, Internet est très important pour leur travail ou études

    C’est connu. Les nouvelles technologies numériques sont en train de révolutionner tous les aspects liés à l’organisation sociale. Les NTIC suscitent des mutations économiques, culturelles et politiques, qui touchent particulièrement les jeunes milléniaux.

    C’est dans ce sens que s’inscrit le rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE) sur «Les technologies et valeurs: Impact sur les jeunes». Ce document, basé sur une enquête de terrain, se penche sur «les tendances et les attitudes de certaines catégories sociales vis-à-vis des rôles du numérique dans leur vie, leur travail, leur communication et leur divertissement».

    Ceci est d’autant plus important que la vitesse de propagation de ces outils est telle que «les décideurs et les acteurs sociaux se trouvent dans l’obligation d’appréhender, d’une manière adéquate, le nouveau temps politique et les enjeux de ces technologies».

    Les réponses des jeunes interrogés dans le cadre de cette enquête traduisent comment les NTIC ont façonné la vie des «digital natives». Ces derniers ont «pleinement adopté les outils numériques dans tous les aspects de leur existence». Cela concerne les aspects cognitifs, émotionnels, sociaux et culturels.

    Ce qui rend leur utilisation «intimement liée à l’édifice social et à son socle de valeurs identitaires et culturelles». L’un des principaux constats de cette enquête est lié à la perception positive des jeunes vis-à-vis de l’usage de ces technologies. «Les trois quarts des enquêtés ont déclaré que Internet est très important pour leur travail ou études».

    Plus de la moitié des sondés avance également que le web contribue au renforcement des liens familiaux. Les risques que peuvent engendrer les dérapages liés à l’utilisation malsaine de ces technologies ne semblent pas préoccuper les jeunes Marocains. Peu d’entre eux semblent conscients de ces problèmes.

    Parallèlement, l’addiction au web, très répandue à l’international, ne constitue pas une préoccupation majeure pour les jeunes Marocains. Les résultats de cette enquête montrent que plus d’un tiers de cette population restent connectés au moins quatre heures par jour. En face, «près de 20% des personnes interrogées ont déclaré être prêtes à se passer définitivement d’Internet».

    Les jeunes Marocains considèrent également que «Internet est relativement sûr». Les deux tiers de cette population utilisent leur identité réelle pour se connecter. Ils semblent aussi faire confiance au contenu qui circule sur le web. «Plus de la moitié des personnes interrogées estiment que la crédibilité des informations sur Internet est moyenne».

    La conscience concernant les risques de violence que peuvent engendrer les NTIC semble encore faible. Seuls 29,5% des sondés considèrent que Internet engendre de la violence, mettant l’accent notamment sur «les sites à caractères pornographique, les réseaux sociaux ou les sites liés à des groupes terroristes, incitant à la haine».

    «Internet facilite la vie»

    Au-delà des risques, les jeunes milléniaux estiment que Internet a facilité leur vie. «Les enquêtés portent un regard positif sur les nouvelles technologies et leur impact sur les conditions de vie et l’emploi», peut-on lire dans ce document. Pour eux, l’accès au savoir est l’apport le plus important. Mais ils sont aussi conscients des risques de «mauvaise utilisation des données personnelles et possibilité de destruction des relations humaines». En termes d’impact sur les valeurs sociales, 16,7% des personnes interrogées pensent qu’Internet favorise la tolérance. 11,1% ont un avis opposé.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc