Société

Affaire du médecin de Tiznit: Le bras de fer continue

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:5326 Le 01/08/2018 | Partager
En dénonçant les dysfonctionnements de l’hôpital Hassan 1er, le pédiatre se retrouve dans la tourmente
La délégation régionale de la Santé s’explique
aaffaire_medecin_tiznit_026.jpg

Dr Mehdi Chafai a publié sur Facebook pour alerter sur les dysfonctionnements que subit l’hôpital Hassan 1er de Tiznit: manque de matériel, manque d’entretien et de gestion, corruption, «tsmsir»… Ce que sa hiérarchie n’a pas apprécié (Ph. FB)

Du haut de son mètre 82 et ses cheveux rejetés en arrière, Dr Mehdi Chafai, chirurgien-pédiatre au Centre hospitalier provincial de Tiznit, a plus l’allure d’un acteur de cinéma que d’un médecin. En tout cas, il fait tout autant parler de lui. Sur les réseaux sociaux, c’est un vrai raz-de-marée! Les médias se sont aussi emparés de son affaire.

A la base et dès sa mutation à Tiznit, des posts publiés par le jeune trentenaire sur Facebook pour alerter sur les dysfonctionnements que subit l’hôpital Hassan 1er de Tiznit : manque de matériel, manque d’entretien et de gestion, corruption, «tsmsir»… bref, des mauvaises conditions de travail. Ce qui lui vaudra le courroux de son administration et de ses supérieurs hiérarchiques. Les correspondances administratives vont se mettre à pleuvoir.

Cela prendra tellement d’ampleur qu’il sera apostrophé en pleine opération chirurgicale! Suite au «harcèlement» dont le pédiatre se dit victime, il décide de déposer sa démission, ce qui va déclencher une vague de protestation massive des citoyens. Un sit-in a même été organisé récemment à Tiznit afin de réclamer son retour.

De son côté, la direction régionale de la Santé de Souss Massa réagit en publiant un communiqué afin d'«éclairer l’opinion publique locale et nationale sur cette affaire». Selon ce document, Dr. Chafai aurait commis des fautes administratives suite auxquelles il a été présenté devant le Conseil de discipline et il a été soutenu par des avocats durant toute la procédure.

«Avant de parler de faute administrative, il faut d’abord revoir les conditions de travail lamentables ainsi que les plans d’action!», s’insurge Dr. Chafai. «Il est hors de question pour moi de cautionner le détournement des patients vers les cliniques privées!», a-t-il ajouté.

Concernant l’affaire en cours devant le tribunal, elle est relative à une plainte déposée par le directeur du Centre hospitalier provincial de Tiznit à l’encontre du Dr. Chafai pour insultes et diffamation. «C’est donc une affaire personnelle», soutient la direction régionale. Ce que le médecin réfute fermement. Enfin, concernant la démission déposée par le pédiatre, l’administration précise qu’elle se réserve le droit d’accepter ou de refuser cette demande. Affaire à suivre…

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc