Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5295 Le 18/06/2018 | Partager

■ USA: Un raton laveur coincé au 23e étage d’un immeuble

chat_usa_095.jpg

Une partie de l'Amérique s'est réveillée mercredi soulagée après la capture d'un raton laveur qui s'était réfugié la veille au 23e étage d'un immeuble de St-Paul, dans le Minnesota (nord). La lente et périlleuse ascension du petit animal, diffusée sur les réseaux sociaux, a été vue par plusieurs milliers d'internautes qui ont rapidement partagé le mot-dièse #MPRraccoon. Les télévisions locales ont également filmé en direct les aventures du Spider-Man à fourrure qui avait trouvé refuge en fin de journée sur le bord d'une fenêtre de la tour UBS Plaza. Selon CBS, l'animal avait grimpé sur la tour après avoir été apeuré par des ouvriers travaillant au pied d'un gratte-ciel. Le cinéaste James Gunn a offert de faire don de 1.000 dollars à une oeuvre de charité au nom de celui ou celle qui sauverait le mammifère. «Je ne peux pas supporter ça, pauvre petit gars», a tweeté le réalisateur de la saga des «Gardiens de la Galaxie» dont l'un des personnages, Rocket, est un raton laveur victime de modifications génétiques. Dans la nuit, l'animal s'est finalement hissé sur le toit où de la nourriture avait été déposée pour l'attirer. Il a ensuite été capturé par des agents de la protection de la faune sauvage qui devaient le libérer dans la nature.

■ Des moutons dans Paris
Des moutons qui broutent au pied de tours, en pleine ville, au milieu d’une nuée d’enfants: ce pâturage insolite se produit une fois par mois aux portes de Paris à l’initiative des «bergers urbains». Mercredi, le troupeau a sillonné les cités et les parcs d’Aubervilliers, une commune juste au nord de la capitale française, offrant la vue étonnante de brebis traversant des passages cloutés ou passant devant des stations-service. «C’est un déplacement qu’on appelle pâturage en parcours libre, c’est-à-dire qu’ils mangent et en même temps, c’est vraiment une volonté de pâturer. Au lieu de pâturer dans un parc, ils pâturent en marchant», explique à l’AFP-TV Julie-Lou Dubreuilh, co-fondatrice de la coopérative des «bergers urbains». L’objectif des bergers urbains est de faire du pastoralisme respectueux de l’environnement au coeur même des quartiers de la Seine-Saint-Denis, département sensible accolé à Paris.
Faire parcourir les rues aux moutons et brebis ne sert pas seulement à leur dégourdir les jambes et enchanter les enfants, explique la bergère. «On est basé sur le parc de La Courneuve qui fait à peu près 400 hectares. Il y a beaucoup à manger, mais bizarrement quand on a envie de faire un élevage sans antibiotique et sans vermifuge, on est obligé de fournir au mouton la possibilité de se soigner. Et, donc, il faut souvent des plantes qui poussent sur les bords des chemins, sur des friches, et ça, on le trouve vraiment beaucoup en ville», assure-t-elle.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc