×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    De bonnes sources

    De la «cacophonie» au Conseil supérieur de l’éducation?

    Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5242 Le 02/04/2018 | Partager

    Noureddine Ayouch, connu pour son franc-parler, ne mâche pas ses mots quant au Conseil supérieur de l’éducation, dont il est membre. «Avec des personnes nommées par le Roi, d’autres par le Parlement, les syndicats… c’est une véritable cacophonie, et on n’est pas près d’avancer», estime le fondateur de la Fondation Zakoura Education. Pour lui, le Conseil a produit une stratégie 2030 dans un esprit «consensuel, où il faut faire plaisir à tout le monde». «Il n’y a jamais de prise de position claire. Nous avons une vision disparate, consensuelle et ambiguë», avance-t-il. Ayouch intervenait jeudi dernier à la Fondation du Roi Abdul Aziz Al-Saoud, lors de la présentation du dernier ouvrage de la directrice de l’Instance d’évaluation, Rahma Bourqia, «Penser l’école, penser la société».

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc