×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Al Omrane Marrakech maintient le rythme

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4920 Le 20/12/2016 | Partager
    Et met en chantier 45 projets pour 16.804 nouvelles unités
    Le groupe s’engage pour accélérer le plan de relance de la ville satellite de Tamansourt

    Grandes perspectives pour Al Omrane Marrakech en 2017. Une stratégie qui renforce l’ancrage régional a été dévoilée lors du dernier conseil d’administration, tenu en présence des autorités locales (wali et président du Conseil de la région de Marrakech-Safi). Si en 2016, la société a maintenu le même élan d’activité avec un investissement de 780 millions de DH et un CA de 840 millions de DH, 2017 ne dérogera pas à la règle. Avec un investissement de 852 millions de DH, la filiale marrakchie du groupe prévoit de mettre en chantier 45 projets pour la réalisation de 16.804 unités dont la majorité est destinée à l’habitat social. 47 autres projets, dont le coût global est de 1,2 milliard de DH, sont en cours, totalisant plus de 21.000 unités de logement. À rappeler que Marrakech-Safi est classée par une récente étude sur le logement parmi les régions qui enregistrent un niveau important de la demande sur l’habitat (16,20%). Afin de booster la dynamique de l’offre dans la zone, le groupe compte investir dans de nouveaux logements. «Ces investissements concernent, notamment, l’intensification de l’offre en habitat social et à faible VIT, celui destiné aux couches moyennes, la résorption de l’habitat insalubre sous toutes ses formes», rappelle Badre Kanouni, président du directoire. Un second conseil d’administration  a également été tenu concernant cette fois-ci la filiale Al Omrane Tamansourt. Ainsi, en 2017, la filiale compte accélérer la mise en œuvre de la Convention de partenariat et de financement pour le plan de relance de la ville satellite Tamansourt. Un plan dans lequel le ministère de l’Habitat et plusieurs départements ministériels, la wilaya de Marrakech-Safi, la commune de Harbil et la société Al Omrane Tamansourt sont partenaires avec une enveloppe globale d’investissement de 1,3 milliard de DH. Objectif: garantir un développement cohérent et équilibré de toutes les composantes urbaines de la ville de Tamansourt. Concrètement, le plan vise le réaménagement de 9 axes structurants, la construction de 21 équipements de proximité dans la ville (3 maisons de jeunes, 1 foyer féminin, 3 centres de santé, 10 terrains de sports, 3 mosquées et une m’sella… D’autres équipements sont en cours de travaux ou de lancement dont le campus universitaire de Cadi Ayyad, des écoles de gendarmerie, de police et de forces auxiliaires. Des projets qui devraient changer le visage de cette ville satellite souvent qualifiée de cité dortoir.

    Corriger les erreurs

    C’est pour corriger les erreurs du passé qu’un plan de relance a été réfléchi pour Tamansourt et ce, pour garantir un développement cohérent. En effet, il fallait commencer par créer des pôles d’activités économiques, pour pouvoir loger la population qui gravite autour, tout en renforçant la dimension régalienne (écoles, commissariat, centres de santé, communes, espaces verts, mosquées…), estiment les urbanistes. Aux erreurs de départ liées à la composante urbanistique, d’autres s’ajoutent concernant la connectivité, non seulement de Tamansourt avec le chef-lieu (Marrakech), mais également de la ville nouvelle intra-muros. Pour l’heure, il n’y a aucun mode de transport pour assurer la connectivité intra-muros. L’offre du transport en commun est soutenue par les grands taxis et des moyens clandestins venant combler ce créneau.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc